Homme qui chavire, 1950
  • © Fondation Louis Vuitton / Marc

    Domage © Succession Alberto Giacometti

"Homme qui chavire" (1950) est sans nul doute l’une des sculptures de Giacometti où le drame de la condition humaine est rendu avec la plus singulière intensité, précisément à cause de son apparence si fragile. 

Tout, dans cette figure en déséquilibre, exprime la violence de la fatalité à laquelle l’homme ne peut se dérober : l’inflexion des jambes, les longs bras étendus en arc de cercle qui trahissent l’impuissance, la tête légèrement jetée en arrière. Le motif, peut-être inspiré – selon Yves Bonnefoy – par l’accident dont il fut victime dans les années quarante, était apparu dans une esquisse de 1947 et, trois ans plus tard, l’artiste lui donnait corps. Cette longue maturation plaide en faveur de la portée universelle que le sculpteur voulait donner à ce vertige. Cet exemplaire est le seul des six à avoir été « rehaussé » à la peinture, allusion à la sculpture polychrome égyptienne qui la fait apparaître hors du temps.