Plateaus, 2014
  • De gauche à droite :

    Omar Ba. Tempêtes de poussières à Kidal. 2013

    Huile, crayon, encre de chine, acrylique, gouache sur carton ondulé. 200 x 150 cm

    Collection Fondation Louis Vuitton, Paris

    Rashid Johnson. Plateaus. 2014

    Acier, peinture laquée, plantes, ciment, céramique, plastique, cuivre, bois brulé, néons, matériel radio, beurre de karité, tapis, livres. 579,1 x 457,2 x 457,2 cm

    Collection Fondation Louis Vuitton, Paris

    Barthélémy Toguo. Look at me!. 2016

    Aquarelle, acrylique et encre sur tissu. 235,5 x 209,5 cm

    Collection Fondation Louis Vuitton, Paris

    Crédit des artistes dont les oeuvres

    sont représentées : © Meleko Mokgosi © Rashid Johnson © ADAGP, Paris 2017 pour l’oeuvre

    d'Omar Ba © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage

  • Rashid Johnson. Plateaus (détail). 2014

    Acier, peinture laquée, plantes, ciment, céramique, plastique, cuivre, bois brulé, néons, matériel radio, beurre de karité, tapis, livres

    579,1 x 457,2 x 457,2 cm

    Collection Fondation Louis Vuitton, Paris

    © Rashid Johnson © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage

  • Rashid Johnson. Plateaus (détail). 2014

    Acier, peinture laquée, plantes, ciment, céramique, plastique, cuivre, bois brulé, néons, matériel radio, beurre de karité, tapis, livres

    579,1 x 457,2 x 457,2 cm

    Collection Fondation Louis Vuitton, Paris

    © Rashid Johnson © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage

  • Rashid Johnson. Plateaus (détail). 2014

    Acier, peinture laquée, plantes, ciment, céramique, plastique, cuivre, bois brulé, néons, matériel radio, beurre de karité, tapis, livres

    579,1 x 457,2 x 457,2 cm

    Collection Fondation Louis Vuitton, Paris

    © Rashid Johnson © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage

Œuvre monumentale, alliage d’acier, de végétaux et de néons, Plateaus aborde les thématiques du déplacement et du changement : comment une plante, mais aussi un être humain s’adaptent-ils ?

Quelles mémoires et quelles formes conserve-t-on de son histoire ? Sur une grille, référence directe au minimalisme, l’artiste a placé une série de plantes d’appartement d’origine exotique. Posés dans la même structure, des bustes en beurre de karité – une plante cultivée exclusivement en Afrique de l’Ouest et utilisée dans l’industrie pharmaceutique et cosmétique – ravivent la mémoire du « passage du milieu » subi par les Africains envoyés comme esclaves en Amérique. Y figurent aussi des classiques de la littérature afro-américaine – Native Son de Wright – et du matériel radio renvoyant à l’idée de transmission et aux souvenirs de l’artiste dont le père était radioamateur. « Tous les matériaux que j'utilise ont un but utilitaire, explique l'artiste. Le beurre de karité parle du revêtement de la peau et de l'impossibilité d'acquérir une africanité […] et les livres disséminent l'information. Le but pour tous ces éléments est de se métisser dans un nouveau langage dont je suis l'auteur. Les armatures sont les plateformes de ce métissage, elles existent comme des espaces inconnus à coloniser. »
Interview de l'artiste Rashid Johnson
L'artiste commente son oeuvre Plateaus
06:35

Rashid Johnson

Né en 1977, à Chicago (États-Unis)
Vit et travaille en Amérique du Nord 

Ne à Chicago, Rashid Johnson se forme au Columbia College et à l’Art Institute de Chicago. 

En savoir plus sur l'artiste