Wald (3), 1990
  • © Gerhard Richter - Fondation Louis Vuitton / Martin Argyroglo

Le motif de la forêt occupe une place particulière dans l’iconographie du Romantisme allemand. Tout au long de sa carrière, Gerhard Richter l’évoque dans des peintures figuratives d’après photos comme dans des abstractions où se lit l’ambivalence d’un espace qui peut être perçu comme danger ou protection. 

Wald (3) (1990) appartient à un ensemble de trois tableaux où, pour la première fois, Gerhard Richter traite ce thème de façon abstraite. Un ample mouvement horizontal déchire un épais voile noir pour laisser percer des strates successives de couleurs vives, action caractéristique du racloir donnant lieu à de sensuelles moirures et à des effets de flou.