"Un Sacre du printemps" de Daniel Linehan

vendredi 2 et samedi 3 décembre 2016, 20h30

 

 

Chorégraphie :

Daniel Linehan

 

Danseurs :

Jeanne Colin, Andras Déri, Alexandra Dolgova, Erik Eriksson, Taha Ghauri, James McGinn, Charles Ngombengombe, Krisjanis Sants, Christoffer Schieche, Hagar Tenenbaum, Roman Van Houtven, Kathryn Vickers, Tiran Willemse

 

Pianos :

Jean-Luc Plouvier

Alain Franco 

 

L’américain Daniel Linehan, un des plus brillants représentants de la danse contemporaine actuelle, a fait de l’Europe son port d’attache. Travaillant entre Anvers et Lille il met en danse la voix comme les mots avec pareil entrain. Il a décidé, fidèle à sa danse buissonnière, de se frotter au « Sacre du printemps » le chef d’oeuvre d’Igor Stravinsky mettant ainsi ses pas dans ceux de Nijinsky, Martha Graham, Maurice Béjart ou Pina Bausch. Mais à sa manière, singulière. « Je ne vois pas l’intérêt de l’histoire du Sacre telle qu’elle est traditionnellement comprise : l’histoire d’une communauté qui exige que l’un de ses membres soit sacrifié. Quand j’en écoute la musique, ce n’est pas un conte du sacrifice que j’entends. Je n’entends pas la mort. J’entends l’énergie, que l’on pourrait aussi appeler vitalité ».

 

Pour ce « Sacre du Printemps », le chorégraphe Daniel Linehan, épaulé par le dramaturge et musicien Alain Franco, réunit 13 gradués de l’école P.A.R.T.S sur la version magistrale pour deux pianos arrangée par Stravinsky lui-même. La configuration scénique bi-frontale, magnifiée par l’auditorium de la Fondation Louis Vuitton, permet à l’assistance d’être complètement absorbée par l’énergie collective de la musique et de la danse. A sa façon, Daniel Linehan invente un Sacre avant Le Sacre.

Une ode à la jeunesse. Et au mouvement.

 

Plus d'informations sur  « Un Sacre du printemps » de Daniel Linehan, cliquez ici

Daniel Linehan, Hiatus

 

Daniel Linehan a travaillé comme danseur et chorégraphe à New York, avant de s’installer à Bruxelles en 2008 où il a suivi le Cycle de Recherche à P.A.R.T.S. En tant qu’interprète, Linehan a travaillé, entre autres, avec Miguel Gutierrez et Big Art Group. En 2007-2008, il fut aussi Artiste en Résidence au Movement Research.

 

Dans son propre travail chorégraphique, Linehan cherche à obscurcir, en douceur, la frontière qui sépare la danse de tout le reste. Il aborde la création de performances du point de vue de l’amateur curieux, en testant les nombreuses interactions entre la danse et les formes de non-danse, à la recherche d’improbables conjonctions, juxtapositions et parallèles entre les textes, mouvements, images, chansons, vidéos et rythmes. A New York, il crée, avec une équipe de quatre danseurs, des performances basées sur le texte et la danse. Il a également collaboré avec Michael Helland sur de nombreux projets de duos. En 2007, il crée le solo "Not About Everything" qui, depuis sa première, a été joué dans plus de 50 théâtres du monde entier.

 

Ses projets les plus récents sont "Montage for Three" (duo, 2009), "Being Together Without any Voice" (quartet, 2010), "Zombie Aporia" (trio, 2011), "Gaze is a Gap is a Ghost" (trio, 2012) ainsi que "The Karaoke Dialogues" (septet, 2014). Il travaille également sur des projets plus particuliers, comme le livre "A no can make space" (2013) ou "Vita Activa", un atelier autour des fonctions de temps et de travail.

 

De 2012 à 2014, Daniel Linehan a été Artiste Associé au deSingel Internationale Kunstencampus (Anvers, BE) et New Wave Associate au Sadler’s Wells (Londres, UK). Depuis 2013, il est Artiste-en-Résidence à l’Opéra de Lille (FR).

 

Depuis début 2015, Daniel Linehan développe ses projets au sein de sa propre organisation, Hiatus. Hiatus est subventionnée structurellement par le gouvernement flamand.

image

© Olivia Droeshaut