1876 Naissance de Constantin Brancusi dans le village d’Hobitza, commune de Pestisani, département de Gorj en Roumanie.

1887-1898 Exerce différents petits métiers avant d’entrer, en 1894, à l’École des arts et métiers de Craïova, où il est admis sur concours dans l’atelier de sculpture en 1895.

1898-1903 Entre à l’École nationale des beaux-arts de Bucarest. Obtient de nombreuses médailles pour ses travaux d’après l’antique et d’après nature. Diplômé en 1902, sa demande de bourse pour des études en Italie lui est refusée.

1904-1907 Brancusi quitte la Roumanie pour Paris, souvent à pied selon la légende. Admis à l’École nationale des beaux-arts en 1905, il y restera jusqu’en 1907. Remarqué au Salon d’automne de 1906 par Rodin, il refusera de travailler pour lui. Pratique la taille directe pour la première fois (Le Baiser).

1908-1910 Rencontre Modigliani, Léger et le Douanier Rousseau. La baronne Frachon pose pour lui (La Muse endormie). Voyage en Roumanie, où il expose régulièrement, et en Italie avec Modigliani.

1910-1911 Rencontre Margit Pogany qui lui inspirera plusieurs sculptures. Installation du Baiser pour le monument funéraire de Tatiana Rachewskaïa au cimetière du Montparnasse.

1912-1918 Visite en 1912 le Salonde la locomotion aérienne au Grand Palais avec Duchamp et Léger. Participe à l’Armory Show de 1913, New York et Chicago. Le photographe Edward Steichen achète L’Oiseau dans l’espace (Maïastra) qu’il installera dans son jardin à Voulangis. Première exposition personnelle à laPhoto-SecessionGallery d’Alfred Stieglitz, New York, 1914. John Quinn devient son principal collectionneur. S’installe au 8, impasse Ronsin en 1916. Réalise des sculptures en bois d’influence africaine.

1918-1926 Première Colonne sans fin (1918), achetée par John Quinn en 1922. Scandale de la Princesse X au Salon des indépendants de 1920. Man Ray le conseille pour l’achat de matériel photographique. Participe avec vingt et une sculptures à l’exposition de la Sculptors’ Gallery organisée par Quinn à New York (1922). Entre deux séjours aux États-Unis – pour deux expositions personnelles dont celle de la Brummer Gallery à New York (17 novembre- 15 décembre 1926) –, installe une Colonne sans fin dans le jardin de Steichen à Voulangis.

1927-1933 Procès de Brancusi contre les douanes américaines, qui reconnaîtront le statut d’oeuvre d’art – non soumis à taxation – à L’Oiseau dans l’espace appartenant à Steichen (1927-1929). S’installe en 1928 au 11, impasse Ronsin. Voyage en Roumaniepour un premier projet monumental à Bucarest (1930). Henri-Pierre Roché lui présente le maharajah d’Indore, qui lui achètera trois Oiseaux dans l’espace, destinés au projet du Temple de la Délivrance.

1933-1938 Présente cinquante-sept sculptures lors d’une deuxième exposition de la Brummer Gallery en 1934. Commande du mémorial de Târgu-Jiu en hommage aux victimes de la Première Guerre mondiale en 1935. Voyages en Roumanie pour la réalisationet l’installation de La Colonne sans fin, La Porte du Baiser et la Table du silence à Târgu-Jiu (1937-1938). Ce séjour en Inde restera sans suite : le Temple ne sera jamais réalisé.

1939-1957 En 1939, Brancusi voyage aux États-Unis où il lance le projet pour Chicago d’une Colonne sans fin en acier inoxydable de la hauteur d’un gratte-ciel – projet réitéré vers 1955 mais jamais réalisé. Le Musée national d’art moderne de Paris lui achète trois sculptures en 1946. Il obtient la nationalité française en 1952. Première rétrospective organisée en 1955 parle Solomon R. Guggenheim Museum, New York et Philadelphie. Menacé d’expulsion de l’impasse Ronsin par l’Assistance publique,il lègue en 1956 son atelier avec tout son contenu à l’État français.

1957 Il meurt à Paris le 16 mars ; enterrement au cimetière du Montparnasse.