Pierre-Laurent Aimard

Le choc des avant-gardes russes et françaises au temps de Chtchoukine

 

vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 février 2017

Évènement programmé dans le cadre de l’exposition Icônes de l’art Moderne. La Collection Chtchoukine.

 

 

Six concerts commentés en journée et deux grands concerts à 20h30

Avec

Pierre-Laurent Aimard, piano et direction musicale

Avec Tamara Stefanovich, Nenad Lecic, Lorenzo Soulès, Fabian Müller

 

 

Sous forme de courts concerts commentés en journée et de grands concerts en soirée, Pierre-Laurent Aimard, associé à 4 pianistes, propose une immersion dans la création musicale française et russe au temps de Chtchoukine, en résonnance et en complémentarité à l’exposition « Icones de l’art moderne ».

« Créer des programmes musicaux en « résonance » avec  l’exposition Chtchoukine est une gageure : la musique , éternelle retardataire de l’histoire de l’art , vit rarement sa modernité en phase avec celle des arts plastiques . Il est par ailleurs illusoire de vouloir transposer dans l’univers musical la vision fulgurante des avant-gardes parisiennes qui était celle de Chtchoukine . Comment cependant créer à travers quelques évènements sonores une émulation qui rende compte de celle que l’exposition peut susciter ?

Il m’est apparu qu’une réponse possible serait d'articuler des programmes autour d’une conjonction Debussy/Ravel , tout en rehaussant  ce jeu de miroir avec la création d'avant-gardistes russes  . C’est me semble-t’il  une façon possible de répondre à l'inspirant défi de cette fascinante exposition . »

 

Pierre-Laurent Aimard, décembre 2016

 

 

Claude Debussy, Maurice Ravel, Igor Stravinsky, Alexandre Scriabine, Arthur Honneger, Nikolaï Roslavets, Sergueï Prokofiev, Nikolaï Obuhov, Alexandre Mossolov… 

 

 

Concerts commentés : 

- 10, 11 et 12 février, à 12h et 15h : 2 concerts commentés par jour

Durée : 50 minutes

Accès libre sur présentation du billet d’entrée de la Fondation

 

Concerts:

- 10 février, 20h30 :  Pierre-Laurent Aimard invite Tamara Stefanovich et Nenad Lecic - récital à deux pianos

- 11 février, 20h30 : « AVANT-GARDES» – Un récital de Pierre-Laurent Aimard

Accès sur présentation du billet d’entrée du Concert

 

Pierre-Laurent Aimard s’associe à quatre pianistes pour une résidence de trois jours ponctuée de conférences musicales et de concerts sur le thème du choc des avant-gardes russes et françaises au temps de Chtchoukine.

 

 

TARIFS

Conférences musicales - Accès sur réservation avec un billet d’entrée Fondation

Concerts - Tarif plein : 40€

 

ARTISTES

Pierre-Laurent Aimard, piano

Tamara Stefanovich, piano

Nenad Lecic, piano

Lorenzo Soulès, piano

Fabian Müller, piano

 

 

 

PROGRAMME

 

 

Grands concerts – 10 & 11 février, 20h30

 

 

Vendredi 10 février, 20h30

Récital à deux pianos - Tamara Stefanovich & Nenad Lecic

Igor Stravinsky : Le Sacre du Printemps

Arrangement pour deux pianos de Tamara Stefanovich et Nenad Lecic de la transcription pour 4 mains de Stravinsky (1912-1913)

 

Claude Debussy : Jeux, Poème dansé - Transcription de Jean Efflam Bavouzet pour deux pianos

Ballet créé en 1913 à Paris (Théâtre des Champs Elysées) par Vaslav Nijinski.

 

------ entracte ------

 

Alexandre Scriabine : Prométhée ou le Poème du feu

Transcription pour deux pianos de Leonid Sabaneyev (1911)

Espace mis en lumière par Eric Soyer et Renaud Rubiano sur les équivalences « harmonie-couleur » établies par le compositeur dans sa partition.

 

 

 

Samedi 11 février, 20h30

« AVANT-GARDES» – Un récital de Pierre-Laurent Aimard

Un feu d’artifices d’avant-gardes de la période de la première guerre mondiale

 

Sergueï Prokofiev : Sarcasmes op.17 

Alexandre Scriabine : 5 Préludes op.74

Nikolaï Roslavets : 3 compositions

Nikolaï Roslavets : Prélude à la mémoire de mon Maître et ami A.Abaza 

Arthur Honneger : extraits de 3 pièces pour piano

Igor Stravinsky : Piano Rag Music

 

------ entracte ------

 

Nikolaï Obuhov : La Création de l’or

Nikolaï Obuhov : Révélations

Claude Debussy : 5 Etudes

 

 

 

 

Concerts commentés – 10, 11, 12 février 2017 : 12h & 15h

6 programmes introduits par Pierre-Laurent Aimard

 

 

Vendredi 10 février, 12h & 15h

« IMAGES »

L’importance du visuel dans la création musicale de l’époque est reflétée par ces deux séries d’Images et de Miroirs, composées au même moment par deux grands indépendants, et traduisant une multiplicité d'influences stylistiques et plastiques.

 

12h : programme 1

Présentation Pierre-Laurent Aimard

Œuvre interprétée par Lorenzo Soulès

Claude Debussy : Images

 

15h : programme 2

Présentation Pierre-Laurent Aimard

Œuvre interprétée par Fabian Müller

Maurice Ravel : Miroirs

 

 

Samedi 11 février, 12h

« NOCTURNES »

Les visions nocturnes de ce début de siècle sont des visions fantastiques ou hantées, et génèrent un renouvèlement de la palette gestuelle : cascades , gerbes et tourbillons composent désormais ce nouveau monde cinétique.

Présentation Pierre-Laurent Aimard

Œuvres interprétées par Lorenzo Soulès et Nenad Lecic

Maurice Ravel : Gaspard de la nuit (L.Soulès)

Alexandre Mossolov : Deux Nocturnes op.15 (L.Soulès)

Claude Debussy : 3 Préludes (N.Lecic)

 

 

Samedi 11 février, 15h

« REDUCTIONS »

Les jeux de réduction pour piano d’une oeuvre pour divers instruments (c’est le cas des Epigraphes Antiques ou du Tombeau de C.Debussy) ou d’orchestration d’une oeuvre pour piano (comme pour Ma Mère l’Oye) attestent du goût de cette génération de créateurs pour la transposition des couleurs instrumentales.  Mais ici, il s’agit aussi de la réduction à l’essentiel, de la concentration et de la pureté stylistiques exemplaires de ces pièces pour quatre mains .

Présentation Pierre-Laurent Aimard

Œuvres à 4 mains interprétées par Tamara Stefanovich et Nenad Lecic

Igor Stravinsky : Tombeau de Claude Debussy

Claude Debussy : Epigraphes antiques 

Maurice Ravel : Ma mère l’Oye 

 

 

 

Dimanche 12 février, 12h

« ILLUMINATIONS »

Chacun des trois compositeurs renouvèle le langage harmonique de façon radicale: Debussy, en le libérant des fonctions traditionnelles et en combinant des objets harmoniques différents de manière révolutionnaire, Roslavets, en inventant une nouvelle organisation des hauteurs, Scriabine, en élargissant un héritage harmonique jusqu’à ses ultimes conséquences, créant ainsi des complexes de couleurs d’une audace inouïe.

Présentation Pierre-Laurent Aimard

Œuvres interprétées par Nenad Lecic et Lorenzo Soulès

Claude Debussy : Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon (N.Lecic)

Claude Debussy : Préludes (N.Lecic)

Nikolaï Roslavets : I, quasi prélude – II, quasi poème (N.Lecic)

Alexandre Scriabine : Sonate n°10 op.70 (L.Soulès)

 

 

Dimanche 12 février, 15h

« MONDES D’HIER ET DE DEMAIN »

Le spectre de la guerre chez Debussy, celui de la décadence chez Ravel, les amènent tous deux à inventer de nouvelles stratégies compositionnelles : la fragmentation chez le premier , la mise en abîme chez le second. Le kaléidoscope d’Obouhow est pure combinaison de couleurs anticipant la musique spectrale.

Programme à 2 pianos - Présentation Pierre-Laurent Aimard

Œuvres interprétées par Tamara Stefanovich et Nenad Lecic

Nikolaï Obuhov : Couronnement pour 2 pianos

Claude Debussy : En blanc et noir pour 2 pianos

Maurice Ravel : La valse pour 2 pianos

Pierre-Laurent Aimard

Piano & direction musicale

 

Figure majeure de la musique contemporaine et interprète reconnu du répertoire pianistique de toutes les époques, Pierre-Laurent Aimard jouit d’une éblouissante carrière internationale.

 

Il se produit régulièrement dans le monde entier aux côtés des plus grands orchestres et chefs d’orchestre dont Esa-Pekka Salonen, Vladimir Jurowski, Péter Eötvös, Sir Simon Rattle et Riccardo Chailly. Invité en tant que créateur, chef d'orchestre ou interprète en résidence, il a été accueilli au Carnegie Hall et au Lincoln Center à New York, au Konzerthaus de Vienne, à la Philharmonie de Berlin, au Festival de Lucerne, au Mozarteum de Salzbourg, à la Cité de la Musique à Paris, au Festival de Tanglewood et au Southbank Centre à Londres. Pierre-Laurent est également le directeur artistique du Festival d’Aldeburgh - des fonctions que The Guardian a décrites en ces termes : « Aimard a fait en sorte que le provincialisme tant redouté par Britten n’ait pas de place ici… les mélomanes en quête de sérieux et de qualité peuvent se rassurer. »

 

Artiste en résidence de l’orchestre symphonique de Vienne lors de la saison 2015/16, Pierre-Laurent y a interprété l’intégrale des concertos pour piano de Beethoven sous la direction de Philippe Jordan. Passionné de musique des XXe et XXIe siècles, il participe au projet Stockhausen pour Musica Viva à Munich, avec des reprises à Paris et Amsterdam, et interprète Ausklang de Lachenmann à Luxembourg. Ses récitals solistes l’ont également amené à Francfort, Amsterdam, Sydney, Tokyo et Londres.

 

Né à Lyon en 1957, Pierre-Laurent s’est formé au Conservatoire de Paris auprès d’Yvonne Loriod puis à Londres avec Maria Curcio. Ses débuts ont été marqués par un premier prix remporté au Concours Messiaen en 1973, à l’âge de 16 ans, puis par sa nomination par Pierre Boulez, trois ans plus tard, comme premier pianiste solo de l’Ensemble intercontemporain.

 

Pierre-Laurent est étroitement lié à de nombreux compositeurs de renom dont György Kurtág, Karlheinz Stockhausen, Elliott Carter, Pierre Boulez et George Benjamin, sans oublier son association de longue date avec György Ligeti, dont il a enregistré l'intégrale des œuvres pour piano.

 

Plus récemment, il a interprété en première mondiale Responses - Sweet disorder and the carefully careless, de Harrison Birtwistle, Epigrams pour piano, violoncelle et violon, écrite pour lui par Elliott Carter et interprétée pour la première fois au Festival d’Aldeburgh en juin 2013.

 

Que ce soit comme enseignant à la Hochschule de Cologne ou par les conférences et ateliers qu'il anime dans le monde entier, Pierre-Laurent apporte un regard très personnel sur la musique de toutes les époques. Ancien professeur associé au Collège de France (2008-2009), il est membre de l’Académie des Beaux-Arts de Bavière.

 

Il a été nommé Instrumentiste de l’année à deux reprises, tout d’abord en 2005 par la Royal Philharmonic Society puis en 2007 par Musical America. En 2015, en lien avec le Klavier-Festival de la Ruhr, il a lancé un important projet de ressources en ligne autour de l’interprétation et de l’enseignement du répertoire pianistique de Ligeti, proposant des vidéos de masterclasses et de concerts de ses Études et autres pièces du compositeur. (www.explorethescore.org)

 

Pierre-Laurent a fait paraître avec succès une riche discographie. Son premier disque chez Deutsche Grammophon, L’Art de la Fugue de Bach, a reçu le Diapason d’Or et le Choc du Monde de la Musique, et a été classé premier au palmarès classique Billboard et numéro un des téléchargements d’albums classiques sur iTunes. Pierre-Laurent s’est vu remettre plusieurs récompenses, dont le prix ECHO Klassik à plusieurs reprises, notamment pour son album soliste Hommage à Messiaen en 2009, un Grammy Award en 2005 pour Concord Sonata and Songs de Charles Ives et le Prix d’honneur de la Critique discographique allemande en 2009. Après le Liszt Project (2011) et les Préludes de Debussy (2012), la liste de ses parutions chez DG s’est étoffée d’un nouvel enregistrement du premier livre du Clavier bien tempéré de Bach, sorti en 2014.

image

© Marco Borggreve

Lorenzo Soulès

Piano

 

Issu d’une famille de musiciens, Lorenzo Soulès est né à Lyon où il s’assoie au piano dès 3 ans.

 

Après un déménagement à Saint Malo, il entre à 8 ans au CRR de Paris dans la classe d’Olivier Gardon, dont il sortira après en avoir obtenu tous les prix au bout de 4 ans.

 

Voilà un bien jeune âge pour faire un choix important, celui du professeur à qui confier la suite des études musicales. Sans passer par la case habituelle du CNSDM de Paris, Lorenzo choisit de continuer son apprentissage auprès de Pierre-Laurent Aimard et Tamara Stefanovich, tous deux enseignants à Cologne où il part s’installer à 13 ans. Parallèlement il étudie à Barcelone l’intégrale d’Iberia avec la grande Alicia de Larrocha.

 

C’est en 2012, à 20 ans, qu’il décide de se lancer à l’assaut d’un premier grand concours international. 

 

Son choix se porte sur le prestigieux concours de Genève ou Lorenzo, jeune homme aussi discret dans la vie que musicien inspiré et sensible,  fera l’unanimité absolue auprès du jury et du public, en raflant tous les prix : Premier Prix, Prix Coup de Cœur Breguet, Prix du public, Prix du jeune public et Prix Air France KLM.

 

Le prix “Coup de Cœur” du célèbre horloger Suisse, lui offre la possibilité d’enregistrer son premier disque (Nascor Nov 2012), une belle carte de visite, qu’il choisit de consacrer à Mozart, Beethoven, Brahms et Scriabine. Sur cette parution, récompensée par un ffff, Télarama écrira que “ bien au-delà de la perfection technique, le jeu pianistique de Lorenzo Soulès dégage une noblesse d’émotions et une plénitude aux climats crépusculaires de l’âme, une maîtrise des élans démoniaques réfrénés, que le programme de son récital met particulièrement en valeur”. Cet enregistrement est également choix de France Musique.

 

Les concerts, de plus en plus nombreux, n’empêchent pas Lorenzo de s’accorder le temps de s’épanouir bien, à son rythme, loin du mirage des carrières feu de paille. Il continue de parfaire sa formation à Cologne ou il est étudiant à la Hochschule für Musik und Tanz.

 

La saison 2015/16 l’a vu se produire à la NDR-Hamburg, à Genève, au Festival Messiaen au Pays de la Meije, au Royal Festival Hall de Londres, au Festival Aldeburgh Music et à Buenos Aires entre autres…

 

La saison 2016/17 le conduira en Italie dans le cadre des festivals Piano City Milano et Traiettorie, ainsi qu’au Gasteig de Munich, au Klavier-Festival Ruhr et au Festival Messiaen pour la deuxième année consécutive.

 

image

© Jean-Claude Capt

Tamara Stefanovich

Piano

 

Reconnue pour ses interprétations captivantes d'un large éventail de répertoires, Tamara Stefanovich donne des concerts dans les plus grandes salles du monde, comme le Carnegie Hall de New York, la Philharmonie de Berlin, le Suntory Hall de Tokyo, sans oublier le Royal Albert Hall, le Barbican Centre et le Wigmore Hall de Londres. Elle est régulièrement présente lors de festivals internationaux, comme ceux de Lucerne, La Roque d’Anthéron ou Aldeburgh, le Salzburger Festspiele, le Klavier-Festival Ruhr ou encore la Beethovenfest de Bonn.

 

Cette saison, elle partira notamment en tournée aux États-Unis pour donner plusieurs récitals à l’occasion du 90e anniversaire de Pierre Boulez. Elle sera également sur scène à la Konzerthaus de Berlin, au Southbank Centre de Londres et au Muziekgebouw d’Amsterdam, mais aussi avec le Bochumer Symphonieorchester sous la direction d’Anu Tali. Elle interprétera le concerto pour piano de Ligeti avec le Stuttgarter Kammerorchester et Matthias Foremny.

 

Plus récemment, elle a participé à des concerts avec le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks/Susanna Mälkki, le MDR Symphonieorchester Leipzig/Kristjan Järvi, le WDR Symphonieorchester Köln, l’Orchestre de chambre d’Europe/Thomas Zehetmair, l’Asko | Schönberg et l’Orchestre symphonique d’Islande. Stefanovich a également partagé l’affiche avec plusieurs formations, comme l’Orchestre de Cleveland, l’Orchestre symphonique de Chicago, la Symphonie et la Philharmonie de Londres, le Philharmonia Orchestra, le Bamberger Symphoniker, le Britten Sinfonia, la Deutsche Kammerphilharmonie de Brême, l’Orchestre de chambre de Suède et la London Sinfonietta. Au printemps 2012, elle est partie en tournée en Allemagne avec la Junge Deutsche Philharmonie avec lequel elle a interprété la symphonie Turangalîla de Messiaen, saluée par la critique.

 

Tamara Stefanovich a travaillé avec des chefs d’orchestre comme Esa-Pekka Salonen, Vladimir Ashkenazy, Osmo Vänskä et Vladimir Jurowski ainsi que de célèbres compositeurs, dont Pierre Boulez, Peter Eötvös et György Kurtág. Elle enseigne à la Hochschule für Musik Köln et mène régulièrement des projets éducatifs au Klavier-Festival Ruhr, au Barbican Centre de Londres et à la Philharmonie de Cologne.

 

Sa discographie comprend un enregistrement du Concerto pour deux pianos, percussions et orchestre de Bartók, nominé aux Grammy Awards, avec Pierre-Laurent Aimard, Pierre Boulez et l’Orchestre symphonique de Londres pour Deutsche Grammophon (qui a également été nominé au MIDEM et reçu un Gold Record Academy Award) et un enregistrement du Concerto pour deux pianos de Mozart avec Aimard, Jonathan Nott et la Camerata Salzburg pour ARTE. Stefanovich a en outre enregistré des albums pour les studios AVI et harmonia mundi, dont le dernier, qui contient des œuvres de Thomas Larcher.

 

Formée par Lili Petrović, Tamara Stefanovich a donné son premier concert à l’âge de 7 ans. Elle est devenue la plus jeune étudiante de l’Université de Belgrade à 13 ans. Au-delà de la musique, son éducation universitaire l’a conduite à étudier d’autres disciplines, comme la psychologie, l’éducation et la sociologie. Elle a reçu son master en piano à 19 ans et a étudié au Curtis Institute avec Claude Frank, puis avec Pierre-Laurent Aimard à la Hochschule Köln.

 

image

© Marco Borggreve

Fabian Muller

Piano

 

« Un pianiste exceptionnel » (WAZ).

 

« Un artiste du clavier prometteur » (General-Anzeiger). Les critiques et le public sont unanimes : la carrière de Fabian Müller commence sur une excellente note.

 

Le jeune pianiste a d’ores et déjà eu de multiples occasions d’exprimer toute l’étendue de son talent : il a remporté le concours Ton und Erklärung de Francfort organisé par le département de la culture du ministère fédéral de l’Économie allemand en janvier 2015, il a été choisi aux International Holland Music Sessions pour participer aux concerts de la tournée New Masters on Tour, il a participé au projet éducatif Ein Jahr mit György Ligeti au Klavier-Festival Ruhr, où il était chargé de l’enseignement de la musique et pour lequel il a reçu le Junge Ohren Preis 2014, et il a été admis à la Werner Richard – Dr. Carl Dörken Stiftung pour la série de concerts Best of NRW.

 

Des succès qui lui ont assuré une saison 2015/2016 placée sous de bons auspices, avec de nombreux rendez-vous comme des récitals au Klavier-Festival Ruhr, auHeidelberger Frühling, au Winners & Masters de Gasteig, au Concertgebouw d’Amsterdam, à l’Orchestre philharmonique de Bratislava. Mais c’est surtout la production de son premier album, Out of Doors, qui l’a occupé.

 

Né à Bonn en 1990, Fabian Müller a commencé le piano à l’âge de 4 ans sous la direction de la pianiste Rose Marie Zartner. Rapidement, son talent exceptionnel a été récompensé par de nombreuses distinctions, comme celle du concours allemand pour la jeunesse Jugend Musiziert, suivie d’autres récompenses, comme l’Ibach-Preis, des prix spéciaux remis par la Deutschen Stiftung Musikleben et la Jürgen-Ponto-Stiftung, ou encore le Prix Amadéo de piano à Aix-la-chapelle en 2011. L’atmosphère musicale de sa ville natale a eu un impact essentiel sur son évolution artistique. Né près de la maison où Schumann s'est éteint et de la ville où Beethoven est né, il a découvert très tôt les plus grands compositeurs allemands. Après avoir donné ses premiers concerts dans ces lieux si particuliers, Fabian a reçu le prix Beethoven Bonnensis de l’association Bürger für Beethoven à l’âge de 14 ans. Il a développé des liens profonds avec la musique du grand maître, dont les œuvres sont rapidement devenues le cœur de son répertoire. En 2016, il a été choisi pour devenir l’artiste résident de la Beethoven-Akademie à Bonn.

 

Fabian a commencé ses études à la Musikhochschule Köln (Université de musique de Cologne) avec Pierre-Laurent Aimard et Tamara Stefanovich à l’âge de 15 ans. Il a assisté aux masterclasses de Menahem Pressler, Pavel Gililov et Leon Fleisher. En faisant jouer les relations d’Aimard avec de nombreux compositeurs des dernières décennies, Fabian a également pu découvrir en profondeur la musique des XXe et XXIe siècles. Il l’a prouvé en 2013 en remportant le Concours international de piano Ferruccio Busoni à Bolzano, mais aussi le prix spécial de la meilleure interprétation de musique contemporaine au piano, le prix international de la presse et le prix spécial de la meilleure interprétation d’une composition de Busoni.

 

Fabian a déjà donné des concerts dans des lieux prestigieux, comme la Philharmonie de Cologne, la Tonhalle de Düsseldorf, la Beethovenhalle de Bonn, et dans de nombreux autres pays européens. Il a été invité à participer à de nombreux festivals, comme le Musikwoche Hitzacker, le Festival d’Aldeburgh en Angleterre, le Musikfestspielen Mecklenburg-Vorpommern et le Schwetzinger Festspielen. Il a donné des concerts avec la Deutschen Streicher-Philharmonie, le hr-Sinfonieorchester (Orchestre symphonique de la radio de Francfort), le WDR Sinfonieorchester et le Beethoven Orchester de Bonn. En 2012, Fabian est parti en tournée dans toute l’Allemagne avec la Klassische Philharmonie de Bonn, avec notamment des dates au Berliner Konzerthaus, au Glocke de Brême et au Herkulessaal de Munich.

image

© Bonsels/Rommerskirchen

Nenad Lečić

Piano

 

Né à Čačak en Serbie en 1979, Nenad Lečić commence à apprendre le piano à l’âge de 5 ans, ce qui lui permet de remporter très tôt ses premiers concours nationaux et internationaux. Ses débuts réussis en orchestre à l’âge de 11 ans sont suivis de multiples tournées, albums et enregistrements pour la radio et la télévision.

 

À 13 ans, Nenad Lečić reçoit le prix du meilleur jeune artiste européen de RAITV. En 1992, il est accepté dans la classe d’Igor Lazko et devient ainsi le plus jeune étudiant de l’Université de musique de Belgrade.

 

Il poursuit ses études à l’Université de musique de Cologne sous le parrainage d’Arbo Valdma et de Pierre-Laurent Aimard. Grâce à des ateliers avec András Schiff, Vladimir Kraïnev, Alexander Lonquich, Peter Eötvös et le Quatuor Alban Berg, entre autres, il diversifie ses influences.

 

Nenad Lečić donne régulièrement des représentations en solo, en orchestre et en orchestre de chambre à travers l’Europe, comme à la Philharmonie de Cologne, au Stefaniensaal de Graz ou au Muziekgebouw d’Amsterdam, mais aussi en Corée et au Japon. En tant que soliste, il collabore avec de nombreux orchestres, comme l’Orchestre symphonique de Bamberg, l’Orchestre de chambre d’Europe et la Philharmonie de Belgrade, et des chefs d’orchestre comme Jonathan Nott, Dennis Russell Davies, Konstantin Krimets, Mauricio Kagel et Mladen Jagušt. Il donne des concerts de musique de chambre avec Pierre-Laurent Aimard, Johannes Moser, Ralph Manno, Guido Schiefen, Xenia Jankovic, Tamara Stefanovich, Christoph Richter et Katharina Deserno.

 

Il est régulièrement invité à se produire lors de festivals de renommée internationale, comme le Klavier-Festival Ruhr, le festival Styriarte, le festival d’Aldeburgh et le festival de Kings Place à Londres. Il est fréquemment sollicité pour interpréter en avant-première de nouvelles œuvres de musique contemporaine, comme lors de l’avant-première allemande du Concerto pour deux pianos et orchestre Im Lichte de Johannes Maria Staud avec la Symphonie de Bamberg dirigée par Jonathan Nott.

 

Nenad Lečić a enseigné pendant de nombreuses années à l’Université de musique de Detmold, en Allemagne, et donne toujours des cours à l’Université de musique et de danse de Cologne.

 

À ce jour, Nenad Lečić a publié 5 albums, notamment des enregistrements de piano ou de musique de chambre.

 

image

© Sihoo Kim