SEIJI OZAWA INTERNATIONAL ACADEMY SWITZERLAND

en résidence à la Fondation Louis Vuitton

 

Les professeurs de l’Académie

image

© Nicolas Lieber

Sadao Harada

 

En tant que fondateur et mentor du Tokyo String Quartet qu’il a animé pendant 30 ans, il a acquis une réputation mondiale et a récolté de nombreuses récompenses tant pour sa maîtrise technique exceptionnelle que pour le dynamisme de ses interprétations. Il étudie tout d’abord la musique avec son père et, à l’âge de onze ans, suit une formation musicale chez le maître Hideo Saito. Il devient ainsi le plus jeune violoncelliste de l’Orchestre symphonique de Tokyo. Il rejoindra ensuite la Juilliard School aux États-Unis et fondera en 1969 le Tokyo String Quartet. Depuis 1999, il poursuit une carrière internationale très intense, comme soliste ovationné, pédagogue sollicité et chambriste renommé. Il enseigne à la Staatliche Hochschule für Musik de Trossingen en Allemagne.

image

© Nicolas Lieber

Nobuko Imai

 

Nobuko Imai est considérée comme l’une des altistes contemporaines les plus remarquables. Après avoir achevé ses études à la Toho School of Music, à l’université de Yale et à la Juilliard School, elle a remporté les premiers prix des concours internationaux de Genève et de Munich.

Nobuko Imai, qui a été membre du célèbre Vermeer Quartet conjugue une carrière solo internationale et plusieurs postes d’enseignement. Elle s’est produite avec de nombreux orchestres prestigieux dont le Philarmonique de Berlin, le Royal Concertgebow, le London Symphony et le Chicago Symphony. Chambriste renommée, elle a joué avec divers artistes de premier plan tels que Gidon Kremer, Midori, Isaac Stern, Mischa Maisky et Martha Argerich. En 2003, elle crée le Michelangelo Quartet qui a très vite acquis une réputation internationale et qui fait maintenant partie des plus célèbres quatuors au monde. Nobuko Imai a consacré une grande partie de ses activités artistiques à l’exploration du vaste potentiel de l’alto.

Nobuko Imai retourne au Japon plusieurs fois par an pour se produire comme soliste, notamment dans le cadre du projet ‘Viola Space’. En 1995/1996, elle fut directrice artistique de trois festivals Hindemith, au Wigmore Hall (Londres) à l’université de Columbia (New York) et au Casals Hall (Tokyo). En 2009, elle a créé le premier concours international du Japon exclusivement dédié à l’alto, le Tokyo International Viola Competition. De 1983 à 2003, elle a enseigné à la Detmold Academy of Music et est aujourd’hui professeur dans les conservatoires de Genève et d’Amsterdam ainsi qu’à la Kronberg International Academy et à l’université Ueno Gakuen (Tokyo).

image

© Nicolas Lieber

Pamela Frank

 

Dès sa plus tendre enfance, Pamela Frank a baigné dans la musique, grâce à ses parents, pianistes professionnels. Elle a commencé ses études de violon à l’âge de cinq ans. Après avoir été l’élève de Shirley Givens, elle a poursuivi sa formation avec Szymon Goldberg et Jaime Laredo. En 1989, elle est diplômée du Curtis Institute of Music de Philadelphie. Elle a acquis une réputation internationale remarquable, en développant sa carrière d’interprète toujours plus largement. Comme soliste, elle ne compte plus ses engagements avec les plus grands orchestres du monde. Elle a fait ses débuts au Carnegie Hall lors d’un récital en 1995 et a triomphé dans un cycle de sonates de Beethoven avec son père, Claude Frank, au Wigmore Hall de Londres en 1997. Elle cultive une passion particulière pour la musique de chambre, partagée avec des musiciens comme Yo-Yo Ma, Tabea Zimmermann, Peter Serkin.

Elle a été l’hôte des grands festivals que sont Marlboro, Salzbourg ou Edinburgh. Elle a également participé à plusieurs des séminaires de musique de chambre d’Isaac Stern à Carnegie Hall. En 1999, elle a reçu le Avery Fisher Prize, plus haute distinction accordée à des interprètes américains.