STRIP (921-5), 2011

par

Gerhard Richter

© Gerhard Richter - Fondation Louis Vuitton / Martin Argyroglo

Conçue en 2011, la série des « Strip » témoigne de l’intérêt de Gerhard Richter pour les nouvelles technologies. Celles-ci redéfinissent la notion de concept pictural et les conditions de sa réalisation, notamment par la modélisation informatique de combinatoires de couleurs.

Cette série de 72 tirages numériques est élaborée à partir d’un scan de Abstract Painting (724-4), une peinture de 1990 présentant différentes couches de pigments appliquées au racloir. À l’aide d’un logiciel, ce scan est divisé dans sa verticalité en 2 bandes, puis en 4, 8, 16, 32… jusqu’à obtenir 8190 bandes qui s’affinent au cours du processus. Explorant depuis ses débuts les paramètres de la photographie et son incidence sur sa pratique picturale, Gerhard Richter poursuit sa réflexion sur la résistance de l’art de peindre aux nouveaux médias.

Partager cette œuvre

Gerhard Richter

Né en 1932, à Dresde (Allemagne)
Vit et travaille à Cologne (Allemagne)

D'abord héritier de la tradition académique enseignée aux Beaux-Arts de Dresde (alors en Allemagne de l’Est), Gerhard Richter s’est emparé de la photographie dès le début des années 1960 pour construire, dans la lignée du « réalisme capitaliste » de ses premières expositions, une réflexion sur la peinture et la finalité de l’art. 
Dans le même accrochage

STRIP (921-2) ,2011

Seestück (leicht bewölkt), 1969