© The Asahi Shimbun via Getty Images
Matthew Barney

© The Asahi Shimbun via Getty Images

Matthew Barney

Né en 1967, aux États-Unis 

Vit et travaille à New-York (États-Unis)

L’une des figures les plus importantes de l’art contemporain, Matthew Barney s’est fait connaître du public le plus large par son cycle de cinq films Cremaster où il apparaît métamorphosé sous différentes formes animales et humaines et crée un monde onrique et baroque stupéfiant. Son œuvre démesurée et monumentale interroge les problématiques de genre, les cyborgs, l’humanité mutante.

Après des études de médecine et un diplôme obtenu à Yale University en 1991, l’artiste, qui est aussi un athlète accompli et un sportif de haut niveau, débute dans le milieu de l’art par l’entremise de la galeriste Barbara Gladstone. Son travail provoque et l’artiste connaît un succès rapide. Ses premières œuvres s’inscrivent dans la lignée du body art, il soumet son corps à des épreuves physiques d’endurance, témoignant d’une volonté de contrôle et de domination du corps de l’artiste.

À partir de 1994, il fait appel à l’installation, le dessin, la photographie, la performance, le film et la vidéo, mêlant dans son travail tous les matériaux possibles – bronze, film, plastique, résine, cire… Avec le cycle de cinq films Cremaster (1994-2002), soit sept heures de projection continue (présenté en 2002 en France, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris), il renouvelle la place du film dans l’art contemporain et propose une œuvre stupéfiante peuplée d’êtres hermaphrodites, hybrides ou mutants.

Internationalement reconnu, son travail hors norme impose la vision unique d’un esprit englobant mondes et temporalités dans un bouillonnement cérébral et formel à la mesure des connections totalement novatrices qu’il établit. La porosité entre les divers univers – animal, humain, organique et minéral – est pour lui évidente. Souvent provocatrices, ses créations se fondent sur le brassage de mythologies universelles et de données actuelles, conférant à ses œuvres un pouvoir de décryptage du monde d’aujourd’hui et de demain. S’appuyant, depuis une quinzaine d’années, sur des matériaux et des procédés inédits - vaseline, polyuréthane, plastique ou métaux – Matthew Barney a généré un corpus de sculptures sans précédent dont Water Cast 6 constitue un exemple original, inaugurant par ailleurs une étape dans son œuvre et dans ses méthodes de fabrication.

Sélection bibliographique

Marcopoulos, Ari, Ryle, Matthew D. Fumes : Ari Marcopoulos & Matthew Barney Studio. New York : Karma, 2015.

Enwezor, Okwui, Als, Hilton, Diederichsen, Diedrich...[et al]. Matthew Barney : river of fundament [Munich, Hausder Kunst, March 16 - August 17, 2014 ; MONA, Tasmania, November 22, 2014 - April 27, 2015 ; MOCA, Los Angeles, September 13, 2015 - January 18, 2016]. New York : Skira Rizzoli ; Munich : Haus der Kunst, 2014.

Chernick, Alison. Matthew Barney : No Restraint. Paris : Potemkine, 2006.

Pagé, Suzanne, Spector, Nancy, Wakefield, Neville. Matthew Barney: The CREMASTER Cycle [exposition, Cologne, Museum Ludwig, June 6 - September 1, 2002 ; Paris, Musée d'art moderne de la ville de Paris, October 10, 2002 - January 5, 2003 ; New York, Solomon R. Guggenheim Museum, February 14 - May 11, 2003]. Paris : Musée d'art moderne de la ville de Paris, 2002.

***   Ouvrages disponibles au Centre de Ressources   ***

Partager cette page