Informations

La Fondation rouvrira ses portes le 22 septembre 2021 avec l’exposition La Collection Morozov. Icônes de l’art moderne. La billetterie en ligne est ouverte, vous pouvez dès à présent réserver votre visite.

Christian Boltanski - Animitas II

Hors Les Murs Du 13.06.2019 au 17.11.2019

© Adagp, Paris, 2019 © Jeremie Souteyrat / Louis Vuitton

Lieu
Espace Louis Vuitton Tokyo
Omotesando Bldg 7F 5-7-5 Jingumae Shibuya-ku
Tokyo 150-0001
Tél.
+81 3 3515 0855

Dans le cadre du programme "Hors-les-murs" de la Fondation Louis Vuitton, l'Espace Louis Vuitton Tokyo ouvre une nouvelle exposition consacrée à Christian Boltanski. 

Après avoir présenté Animitas (2014) et Animitas (Blanc) (2017) à l’Espace Louis Vuitton München en 2017, la Fondation a l’honneur d’exposer les deux derniers chapitres de la série des Animitas.

Les deux films, Animitas (La forêt des murmures) et Animitas (Mères mortes), font partie de l’un des récents projets les plus ambitieux de l'artiste. Rendant hommage aux petits autels honorant les morts sur le bord de la route, Animitas est à l’origine une installation extérieure située au milieu d’immenses paysages retirés. Composée de 300 clochettes japonaises suspendues à de longues tiges, l'oeuvre fait écho à la configuration des étoiles la nuit de la naissance de Boltanski, le 6 septembre 1944. La première version de l’installation a été exposée dans le désert aride de l'Atacama, au Chili, reproduisant la voûte céleste observée dans l’hémisphère Sud ce jour-là. Le même dispositif a ensuite été mis en œuvre dans trois autres sites : l’île de Teshima au Japon (La forêt des murmures, 2016), l’île d’Orléans au Québec (Blanc, 2017), et près de la Mer Morte en Israël (Mères mortes, à l’automne 2017). Vouées à disparaître avec le temps, ces installations mêlent l’histoire personnelle de Boltanski aux histoires de ces lieux, et ainsi à celles de milliers d’âmes. La vidéo de chaque installation d’Animitas, tournée en un plan-séquence depuis l’aube jusqu’au crépuscule, est présentée en association avec un lit de fleurs et d'herbes qui évolue naturellement avec le temps et le passage des visiteurs de l’exposition, tandis que le doux tintement des clochettes évoque, selon l’artiste lui-même, « la musique des astres et les voix des âmes flottantes ». 

Ancrée dans une relation existentielle avec le monde, l'œuvre de Boltanski est un mélange de minimalisme et d’expressionnisme. Ses installations austères témoignent de la précarité de l’existence humaine, de l'oubli, de la perte, de la fragilité de la mémoire et du passage du temps, le tout dans des œuvres d’expression universelle conçues pour être comprises par tous.

L'artiste

Christian Boltanski

Figure majeure de l’art contemporain, Boltanski est considéré comme l’artiste français vivant ayant le plus d’influence dans le milieu. Depuis 1967, il développe un style artistique autour de l’écriture, la vidéo, la sculpture et la photographie. Sensible aux thèmes du souvenir et du temps, il utilise références et jalons biographiques, tirés de sa propre vie et de celles de personnes inconnues ou non identifiées, et mêle histoires authentiques et fictives pour tenter de créer une « reconstitution ».

Il suit les chemins sinueux de destins individuels et collectifs, en utilisant des éléments personnels et impersonnels au fort pouvoir évocateur – photographies, journaux, archives, vêtements, installations de design présentant une intensité formelle et émotionnelle. Le thème de la mémoire et son corollaire, une obsession à conjurer l'oubli, est au cœur de sa vision, tout comme la capacité à inventer légendes et mythes. 


Christian Boltanski est né à Paris (France) en 1944. Il vit et travaille à Malakoff, dans le Sud‑Ouest de Paris. En 2018, ses expositions personnelles ont eu lieu à Shanghai (Chine), Jérusalem (Israël), Amsterdam (Pays-Bas), Tokyo (Japon), Édinbourg (Royaume-Uni), Valence (Espagne) et Monterrey (Mexique). Il a également participé à des expositions collectives dans des institutions internationales telles que le Jewish Museum (New York, États-Unis), le Pinchuk Art Centre (Kyiv, Ukraine) et le Mori Art Museum (Tokyo, Japon). Il s’est vu confier l’édition 2010 de Monumenta à Paris (France) et a représenté la France à la Biennale de Venise en 2011. Entre autres prix prestigieux il a reçu le Kunstpreis, attribué par Nord/LB, Braunschweig, en 2001 et le Praemium Imperiale Award de la Japan Art Association en 2006.