Wolfgang Tillmans - Moments of Life

Hors Les Murs Du 02.02.2023 au 11.06.2023

© Wolfgang Tillmans Courtesy of the Fondation Louis Vuitton

Lieu
Espace Louis Vuitton Tokyo
Omotesando Bldg 7F 5-7-5 Jingumae Shibuya-ku
Tokyo 150-0001
Tél.
+81 3 3515 0855

L'Espace Louis Vuitton Tokyo présente les oeuvres de l'artiste Wolfgang Tillmans dans une exposition intitulée "Moments of Life".

À l’occasion de raves et de rassemblements gays, Wolfgang Tillmans a saisi, dans des tirages jet d’encre grand format, souvent non encadrés, la vulnérabilité des corps et les poses informelles de ses amis, des modèles suivis sur de nombreuses années, au cœur de leur vie personnelle. Sensible à la photographie comme un art social, en prise directe avec le réel, Tillmans revendique une empathie avec ses sujets. Son art touche à l’essentiel, par l’attention portée à une époque. Ce faisant, il revisite les genres traditionnels : portraits, natures mortes, paysages. Wolfgang Tillmans ne cesse de s’interroger sur la technique photographique. Il agrandit et recadre ses tirages à l’aide d’une photocopieuse, crée des photographies abstraites en chambre noire, sans appareil photo, uniquement à partir d’un faisceau lumineux.

Le portrait est une constante dans l’œuvre de Wolfgang Tillmans. Amis proches, inconnus ou personnalités publiques, ses clichés sont délibérément spontanés, échappant ainsi à toute mise en scène artificielle. Tous possèdent une intensité psychologique rare, l’artiste cadrant avec naturel et fluidité pour révéler la singularité de chacun de ses modèles à travers leurs gestes, leurs styles vestimentaires et leurs attitudes.

Bien qu’il semble impossible d’identifier le sujet du portrait Haircut (2007), la personne étant photographiée de dos, l’œuvre crée paradoxalement une impression de grande intimité. Et par son titre comme par son sujet, Torso (2013) renvoie à la statuaire ancienne. Le cadrage serré de l’anatomie fait clairement référence au Torse du Belvédère, statue antique admirée par Michel-Ange, fragment d’œuvre qui fascine artistes et grand public depuis le XVe siècle.

La nature, sujet récurrent dans son travail, est également abordée à travers son rapport à l’humain et à la ville : Adalbert Garden, Winter (2009), Shoe (grounded) (2014). Son End of winter (2005), représentant les restes d’une fête au milieu de laquelle trône un grand tirage, appartient à un corpus de photographies réalisées par l’artiste dans son atelier. Lieu de production, le studio devient également un espace d’exposition où se mêlent l’art et la vie.

Plant life, b

© Wolfgang Tillmans Courtesy of the Fondation Louis Vuitton

Les natures mortes occupent également une place importante dans son œuvre. Difficile de regarder Still Life, Bourne Estate (2000) sans penser aux peintures néerlandaises du XVIIe siècle. La présence de vaisselle, le contexte domestique et le format final choisi par Tillmans la rapprochent des grandes compositions du Siècle d'or. Still Life, Bourne Estate II (2000) en constitue le pendant contemporain, avec son boîtier Wi-Fi et son radiateur électrique, tandis que d’autres éléments (cailloux, coquillages) évoquent le genre classique. La nature morte d’une plante d’intérieur, Zimmerlinde (Michel) (2000), construit, à partir d’un détail, une composition quasi-abstraite.

L'artiste

Wolfgang Tillmans

Wolfgang Tillmans se fait connaître dès le début des années 1990 comme le photographe d’une jeunesse libertaire issue de la génération post-punk et qui se reconnaît dans la musique techno. 

À l’occasion des raves et des rassemblements gays, il saisit, dans des tirages jet d’encre de grand format, souvent non encadrés, la vulnérabilité des corps et les poses informelles de de ses amis, des modècles suivis pendant de nombreuses années au cœur de leur intimité. Sensible à la photographie comme un art social, en lien direct avec le réel, Tillmans revendique une empathie avec ses sujets et un art qui atteint à l’essentiel par l’attention portée à une époque. Ce faisant, il revisite les genres traditionnels : portraits, natures mortes, paysages. Wolfgang Tillmans n’a cessé de s’interroger sur la technique photographique. En témoignent ses images agrandies et recadrées à l’aide d’un photocopieur ou ses photographies abstraites réalisées dans la chambre noire, sans caméra, à l’aide d’un seul faisceau lumineux. Depuis 1992, il conçoit lui-même la présentation de ses expositions. Créant des constellations de photographies suspendues, collées au mur, présentées sur table sans hiérarchie prédéfinie, il utilise l’espace comme un laboratoire où le collectif des images fait écho à la communauté humaine.