La Fondation vous accueille 7 jours sur 7 à l'occasion de l'exposition La Collection Morozov. Icônes de l'art moderne.

Andy Warhol - Looking for Andy

Hors Les Murs Du 01.10.2021 au 06.02.2022

© The Andy Warhol Foundation for Visual Arts, Inc. Licensed by Adagp, Paris 2021. Photo © Kwa Yong Lee / Louis Vuitton

Lieu
Espace Louis Vuitton Séoul
454 Apgujeong-ro, Gangnam-gu
Seoul 06015 Korea
Tél.
T. +82 2 3432 1854
Horaires
Du lundi au dimanche de 12h - 19h

Après les hommages à Alberto Giacometti et Gerhard Richter, l’Espace Louis Vuitton Seoul a le plaisir de présenter une nouvelle exposition consacrée à Andy Warhol. Looking for Andy réunit une sélection d’œuvres exclusives de la Collection dans le cadre du programme Hors-les-murs que la Fondation Louis Vuitton propose dans les Espaces Louis Vuitton de Tokyo, Munich, Venise, Munich, Pékin, Séoul et Osaka pour mener à bien son intention de toucher un public international.

Andy Warhol, le Pygmalion du monde contemporain, était un maître de la mise en scène. Tout au long de sa carrière, il s’est inventé des personnages pour explorer les mondes du cinéma, de la télévision et de la culture gay en hissant la figure de l’artiste au rang d’icône sociale. Cette transformation a eu lieu en 1963 avec ses tout premiers autoportraits et ses Screen Tests, une série de portraits filmés en plan fixe pendant trois minutes.

Par la suite, des célébrités lui ont commandé des portraits. Il réalisait ces prises de vue en direct, soit dans des cabines de photomaton, soit en gros plan avec l’appareil Big Shot de Polaroid. Caractérisés par les regards fixes, vulnérables et « pétrifiés » de leurs sujets, ces portraits reflètent un monde paradoxal à la fois contemporain et intemporel. Vers 1975, Warhol choisit de représenter certaines figures centrales de l’underground new-yorkais : des travestis cherchant à capturer l’idéal féminin constituent le sujet de sa série Ladies and Gentlemen. Ces personnages composés de larges touches colorées rendent un hommage ambigu à l’artifice et au rêve de célébrité. En 1980, Warhol a même produit quelques rares portraits collectifs en utilisant des photos d’archives pour créer son propre panthéon des grandes figures de la communauté juive du XXe siècle.

De la première série de 1963 aux dernières photographies de 1986, ces autoportraits représentent le sommet de cet art de la mise en scène. Warhol a incarné une immense collection de personnages, d’abord avec un simple photomaton, puis en variant les formats, les couleurs et les poses. Il pouvait se cacher derrière de grosses lunettes noires et changer d’apparence selon les couleurs de fond qu’il choisissait. Plus tard, dans ses premiers Polaroids des années 1980, il s’est photographié à la fois en homme et en femme pour aborder directement la question de l’identité. En se mettant à la place d’un drag-queen, il s’est ensuite représenté sous la forme d’une myriade de personnes différentes, le visage poudré et les yeux fixés sur l’objectif de l’appareil photo. Les portraits qu’il a créés avant sa mort soudaine en 1987 figurent parmi les plus puissants, son visage fantomatique scrutant le spectateur alors que sa propre immortalité se profile à l’horizon.

Andy Warhol. The Shadow , 1981

© The Andy Warhol Foundation for Visual Arts, Inc. Licensed by Adagp, Paris 2021. Photo © Primae / Louis Bourjac

Les œuvres de la Collection exposées à l’Espace Louis Vuitton Seoul vont de ses premières à ses toutes dernières photos. Elles représentent certaines périodes de sa vie en révélant les différentes facettes de son personnage. Elles illustrent ces « introspections » extrêmement variées et nous aident à comprendre le Narcisse d’aujourd’hui. « Si vous voulez connaître Andy Warhol », disait-il, « il vous suffit de regarder la surface de mes tableaux, de mes films, de moi-même. Me voilà. Il n’y a rien derrière. »