Concert du trio Hantaï

Musique 19 mai 2022 – 20h30

Le trio Hantaï (de droite à gauche) Marc Hantaï, Jérôme Hantaï, Pierre Hantaï

Lieu
Auditorium
Horaires
20h30

A l’occasion de l’exposition Simon Hantaï - L'exposition du centenaire, la Fondation a le plaisir d’accueillir ses fils, tous trois musiciens de renommée internationale, pour un concert exceptionnel le 19 mai 2022. Marc, Jérôme et Pierre Hantaï présenteront un programme en trio flûte-viole de gambe-clavecin consacré à Couperin, Leclair, Rameau et Bach.

« Dans le documentaire de Jean-Michel Meurice « Simon Hantaï ou les silences rétiniens », le peintre déclare: « Je pense que le plus important, l’influence fondamentale, c’est ce que j’entendais dans mon enfance...Particulièrement Schütz. C’était une musique que nous considérions comme une chose tout à fait banale, qui était là, dans la vie. Sans savoir que c’était une grande musique. Et, plus tard, le choc a été énorme quand je me suis aperçu que tout ce que je connaissais comme un langage maternel, naturel, était ...la base de la grande musique allemande. 

 De la musique de Bach, il disait qu’elle était « musique de pensée » et l’écoutait volontiers en famille. Il voyait avec sympathie l’engagement de ses enfants dans un mouvement « baroque » encore balbutiant en France (nous sommes dans les années 70) visant à dépoussiérer les œuvres anciennes d’une tradition d’interprétation encombrante. Pierre, Jérôme et Marc Hantaï forment depuis 40 ans le Trio Hantaï et rendent hommage à leur père. »

 - Jérôme Hantaï -


Concert disponible sur Radio Classique en différé et en streaming ainsi qu'en direct et en streaming sur le site internet de la Fondation.

Le programme

François COUPERIN
Prélude extrait des « Concerts Royaux »
Jean-Marie LECLAIR
Trio en ré majeur
Marin MARAIS
Pièces de viole du second livre
Jean-Philippe RAMEAU
La Timide, La Marais Extraits des « pièces de clavecin en concerts »
Jean-Sébastien BACH
Sonate en si mineur BWV 1030
Jean-Sébastien BACH
Trio en sol majeur d’après BWV 1027

Les artistes

Le trio Hantaï

Marc Hantaï, flûte traversière
Jérôme Hantaï, viole de gambe
Pierre Hantaï, clavecin


Les trois enfants du peintre Simon Hantaï qui forment le trio Hantaï ont vécu leur enfance dans un environnement tourné vers l’art. La musique de Bach et de ses prédécesseurs y tenait une grande place. Aussi c’est naturellement qu’ils se sont tournés vers les instruments qui sont les leurs : flûte, viole de gambe, clavecin.

À une époque encore récente où ces instruments, peu répandus, n’étaient enseignés que par de rares spécialistes, ils ont puisé leur inspiration dans l’écoute de grands maîtres du renouveau de la musique baroque, Gustav Leonhardt, les frères Kuijken..., ont voyagé pour étudier avec ces musiciens fameux, qui en Hollande, qui en Belgique, et commencé très tôt parallèlement à se produire dans des concerts. Peu à peu ils ont été invités à participer à de nouveaux projets avec des musiciens tels que G.Leonhardt, les frères Kuijken au sein de la Petite Bande, Jean-Claude Malgoire, Philippe Herreweghe, Jordi Savall, René Jacobs... créant par ailleurs des liens solides avec des musiciens de leur génération. Si chacun a suivi son propre chemin, cultivant son domaine de prédilection, ils aiment se retrouver pour jouer ensemble les œuvres qui les ont accompagnés depuis leur enfance.

 

Marc Hantaï a suivi l’enseignement de Barthold Kuijken au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles. Il s’est produit avec les principaux orchestres baroques, Le Concert des Nations, La Petite Bande, le Collegium Vocale, La Chapelle Royale, Les Arts Florissants, The Amsterdam Baroque Orchestra, Anima Eterna, sous la direction de Jordi Savall, Sigiswald Kuijken, Gustav Leonhardt, Philippe Herreweghe, William Christie, Ton Koopman, Jos van Immerseel. Il a joué comme soliste ou chambriste dans la plupart des festivals en Europe, aux Etats-Unis, au Brésil, au Japon, en Corée et donne régulièrement des concerts avec ses frères Jérôme (viole de gambe) et Pierre (clavecin). Parmi ses nombreux enregistrements on peut citer « Les Nations » de Couperin avec les frères Kuijken, la suite en si mineur et l’ « Offrande Musicale » de J.S. Bach avec Jordi Savall. Récemment paru chez Mirare, un nouvel enregistrement des sonates pour flûte et clavecin de J.S. Bach avec Pierre Hantaï au clavecin a été très favorablement accueilli par la critique (Diapason d’Or, ffff de Telerama, « meilleur enregistrement » selon Gramophone). Il est professeur à l’Escola Superior de Música de Catalunya à Barcelone et à la Schola Cantorum de Bâle.

 

Né en 1961, Jérôme Hantaï étudie la viole de gambe auprès de Wieland Kuijken au Conservatoire de Bruxelles. Parallèlement, il s’intéresse aux instruments à clavier anciens, et tout particulièrement aux pianos historiques. Dès ses années d’études, il donne de nombreux concerts à la viole comme au piano, et collabore avec des pionniers du renouveau de la musique ancienne, parmi lesquels Sigiswald Kuijken, René Jacobs et Jean-Claude Malgoire. Il fait partie du Trio Hantaï, avec ses frères Marc (flûte traversière) et Pierre (clavecin), ensemble qui a acquis une renommée internationale. En outre, depuis 2001, Jérôme Hantaï anime son propre ensemble, Spes Nostra, et joue dans le Trio Almaviva. Fréquemment demandé comme soliste, il se produit dans l’Europe entière, aux USA, et se rend en Asie pour des tournées (Chine, Inde, Japon, Philippines, Taïwan, Cambodge...). Enfin, il consacre également une grande part de son activité à l’enseignement, au sein du CRR de Cergy-Pontoise, et en donnant des Masterclasses. Parmi ses nombreux CDs, on peut citer une anthologie d’airs populaires de Beethoven, des Trios de J. Haydn (Naïve) , 3 volumes de Pièces à une et plusieurs violes de Marin Marais (Virgin Veritas), « Fantazia » de John Jenkins (Naïve/Ambronay), et « Consort music au temps de Shakespeare » (Musicales Actes-Sud). Tous ces enregistrements ont été primés par la critique.

 

Pierre Hantaï est né en 1964 dans une famille où l’art occupait la première place. Dans son enfance, il se passionne pour la peinture mais c’est la rencontre avec la musique de Bach qui lui indique la voie qui sera la sienne. Les enregistrements de Gustav Leonhardt au clavecin le marquent alors profondément. Il fait ses premiers pas en musique vers l’âge de 10 ans. Très jeune, il joue avec les personnalités marquantes du petit monde de la musique ancienne, les frères Kuijken, Gustav Leonhardt, Philippe Herreweghe, Jordi Savall. Au même moment, autour de ses frères et d’amis fidèles, Hugo Reyne, Sébastien Marq, Marc Minkowski, François Fernandez, Ageet Zweistra ou Philippe Pierlot, il fonde plusieurs groupes de musique d’ensemble : Le « Lous Landes Consort », qui sera Premier prix du concours de musique de chambre de Bruges, ou « le Concert Français », première étape de ce qui deviendra un orchestre de chambre quelques années plus tard. Il se fait connaître d’un large public en 1993 par son enregistrement des Variations Goldberg

de J.S.Bach qui reçoit de très nombreuses distinctions, dont un Gramophone Award, et qui l’amène à être invité partout dans le monde. Il a beaucoup joué et enregistré le répertoire élisabéthain (Bull, Byrd, Farnaby...), Bach, Couperin et mène un travail au long cours sur l’œuvre de D. Scarlatti dont il est reconnu aujourd’hui comme l’un des interprètes majeurs. Il aime retrouver sur scène ses amis musiciens, Jordi Savall, le flûtiste Hugo Reyne, la violoniste Amandine Beyer, ses frères et d’autres clavecinistes avec lesquels il collabore fréquemment, Skip Sempé, Olivier Fortin, Maude Gratton et Aapo Hakkinen. S’il est invité à diriger divers orchestres de chambre et à enseigner lors de master- classes dans de nombreux pays, c’est en soliste qu’il joue le plus souvent. L’année qui vient le verra se produire en France, Espagne, Portugal, Italie, Hollande, Grande- Bretagne, Estonie, Japon, Chine, Taiwan...