La Fondation vous accueille 7 jours sur 7 à l'occasion de l'exposition La Collection Morozov. Icônes de l'art moderne.

Récital Alexander Romanovsky

Musique 10 février 2022 – 20h30

Complet

Tarifs
de 25€ à 40€
Lieu
Auditorium

Peu de musiciens peuvent se targuer d’avoir inscrit leur nom aux côtés de Mozart et Rossini : tel est pourtant le cas de l’Ukrainien Alexander Romanovsky, qui, comme ces deux génies, s’est vu décerner à l’âge de 15 ans le titre d’Académicien honoraire par l’Académie Philharmonique de Bologne pour son interprétation des Variations Goldberg de Bach.

À l’instar des atmosphères toujours changeantes des Variations sur un thème de Paganini de Brahms, les œuvres qu’il a réunies pour son récital à l’Auditorium de la Fondation Louis Vuitton se caractérisent par leur liberté d’inspiration. La basse obstinée de la chaconne de la deuxième Partita de Bach ou le savant dosage de difficulté technique et de fluidité musicale des 24 Préludes op. 28 de Chopin viennent, quant à eux, rappeler que la plus grande des libertés naît parfois de la plus rigoureuse contrainte. 

Ce concert sera diffusé en différé et en streaming sur Radio Classique ainsi qu'en direct et en replay sur le site de la Fondation Louis Vuitton.

L'ARTISTE

Alexandre Romanovsky

« Extraordinairement doué », selon Carlo Maria Giulini, Alexander Romanovsky est un pianiste envoûtant, à part, subtil, à la sonorité absolument captivante. Né en Ukraine en 1984, il étudie avec son maître Leonid Margarius à l’Académie internationale du piano d’Imola (Italie) pendant 15 ans avant de poursuivre sa formation à Londres au Royal College of Music aux côtés de Dmitry Alexeev. À 17 ans, il remporte le premier prix du prestigieux concours international de piano Ferruccio Busoni en Italie.

Porté aux nues par le New York Times - « étonnant, il est non seulement un technicien extraordinaire ayant le don de la couleur et de l’imagination, mais aussi un musicien sensible et un interprète lucide, » Alexander Romanovsky honore de sa présence les plus prestigieuses scènes du monde. Ses dernières prestations l’ont conduit dans la grande salle du Concertgebouw d’Amsterdam où il a donné l’intégrale des Études de Chopin ; la salle Tchaïkovski à Moscou, la grande salle du Conservatoire de Moscou ; l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia et le Teatro Olimpico à Rome ; les salles Asahi et Kioi à Tokyo ; le Teatro Municipal au Chili et la salle Verdi du Conservatoire de Milan. Il est aussi apparu en concert avec l’Orchestre symphonique de la radio suédoise sous la direction de Valery Gergiev.

Alexander Romanovsky joue régulièrement avec les grands orchestres d’Europe, d’Asie et des Amériques, comme l’Orchestre philharmonique royal du Royaume-Uni, l’English Chamber, le Hallé Orchestra et l’Orchestre symphonique de Bournemouth, l’Orchestra dell’Accademia di Santa Cecilia de Rome et la Filarmonica della Scala de Milan, l’Orchestre du théâtre Mariinsky, l’Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg, l’Orchestre national de Russie et l’Orchestre philharmonique national de Russie, l’Orchestre symphonique de Tokyo et celui de la NHK, l’Orchestre symphonique de Chicago au festival Ravinia, le Pacific Symphonic Orchestra et l’Orchestre symphoniques de Santa Barbara, l’Orchestre symphonique du Costa Rica et l’Orchestre philharmonique de New York sous la direction d’Alan Gilbert au Bravo! Vail Festival. Il collabore à un niveau très élevé avec les chefs d’orchestre Vladimir Spivakov, Valery Gergiev, Michael Pletnev, Vladimir Fedoseyev, Sir Antonio Pappano, Gianandrea Noseda et James Conlon.

Au nombre de ses interprétations marquantes, il convient de retenir le Concerto n° 1 de Brahms au Festival international de piano de Brescia ; le Deuxième concerto de Chostakovitch avec l’Orchestre symphonique de Bournemouth sous la direction de Victor Aviat ; le Concerto n° 1 de Liszt avec le Philharmonique de Moscou et Yuri Simonov au pupitre ; le Concerto n° 1 de Tchaïkovski au Teatro Colon de Buenos Aires ; le Concerto n° 3 de Prokofiev avec l’Orchestre symphonique de Castille-et-León sous la direction d’Andrew Gourlay ; le Concerto pour piano n° 3 de Rachmaninov avec la Filarmonica della Scala sous la baguette de Myung- whun chung ; le Concerto n° 5 de Beethoven dirigé par Vladimir Spivakov ; et, au Royal Albert Hall de Londres, à nouveau le Concerto n° 5 de Beethoven avec l’Orchestre philharmonique royal. Ses derniers récitals l’ont mené au Teatro Manzoni à Bologne ; à l’Istituzione Universitaria dei Concerti à Rome ; à Musica Insieme à Bologne, Amici della Musica à Padoue ; à l’Unione Musicale de Turin ; au Freiburg International Piano Series et à la Fondazione Accademia Musicale Chigiana. En 2020/21, Alexander Romanovsky joue le Concerto pour piano n° 3 de Rachmaninov avec le Janáčkova filharmonie Ostrava dirigé par Petr Popelka ; le Concerto n° 21 K. 467 de Mozart avec l’Orchestre symphonique de l’État de Moscou dirigé par Yuri Simonov ; le Concerto n° 2 de Prokofiev avec l’Orchestre symphonique national de Taiwan et Carl St Clair ; les Concertos n° 4 et 5 de Beethoven avec l’Orchestre philharmonique national de Russie placé sous la direction de Vladimir Spivakov. Pour la saison des récitals 2020/21 il joue à la Casa da Musica de Porto, à la Fondation Louis Vuitton à Paris, au Teatro Galli à Rimini. Enfin, il jouera en duo avec la violoncelliste Ella van Poucke à Kortrijk et à Amsterdam.

Alexander Romanovsky se produit intensivement en Italie où il vit depuis sa plus tendre enfance. En 2007, il est invité à donner un concert à la résidence papale devant le pape Benoît XVI pour célébrer le 110e anniversaire de la naissance du pape Paul VI.

Depuis 2007, il a enregistré cinq albums pour Decca, tous acclamés par la critique : Beethoven : les Variations Diabelli, Brahms/Schumann, Rachmaninov : Études-Tableaux et les Variations de Corelli, Rachmaninov : Sonates pour le piano, et, plus récemment, Childhood Memories. Alexander Romanovsky occupe la fonction de directeur artistique du Concours international de piano Vladimir Krainev à Moscou depuis 2014.


Le programme

Jean-Sébastien Bach
Partita n°2 - Chaconne (transcription pour piano de Rudolph Lutz)
Johannes Brahms
Variations sur un thème de Paganini, op.35
Fréderic Chopin
24 Préludes op.28