SEIJI OZAWA INTERNATIONAL ACADEMY SWITZERLAND à la Fondation Louis Vuitton

 

Résidence & Concerts - 30 juin - 3 juillet 2015

© Camera Lucida Productions - Fondation Louis Vuitton - France 2015

Présentation

- Résidence

Du 30 juin au 3 juillet 2015, la Fondation Louis Vuitton invite la Seiji Ozawa International Academy of Switzerland.

Dirigée par le célèbre chef japonais Seiji Ozawa, la prestigieuse académie s’installe à l’Auditorium pour une résidence avec les 27 lauréats de la promotion 2015.

A travers une masterclasse publique de quatuors, une répétition publique d’orchestre et deux concerts, la Seiji Ozawa International Academy of Switzerland invite à la découverte des musiciens les plus prometteurs du moment.

- Concerts de l’Académie, sous la direction de Seiji Ozawa

A l’occasion de sa résidence à la Fondation Louis Vuitton, la Seiji Ozawa International Academy of Switzerland présentera les 1er et 3 juillet 2015 deux concerts exceptionnels qui mettront en avant les quatuors constitués par l’Académie ainsi que son travail en formation orchestrale dirigée par Seiji Ozawa.



Calendrier

Masterclasse publique de quatuors :

Jeudi 2 juillet 2015 de 16h à 18h

Concerts de l’Académie, dirigés par Seiji Ozawa

Mercredi 1er juillet 2015 à 20h30

Vendredi 3 juillet 2015 à 20h30



Programme des concerts

Mercredi 1er juillet 2015 à 20h30

Vendredi 3 juillet 2015 à 20h30

1ère partie – Quatuors à cordes avec 6 quatuors différents pour chaque concert mouvements de quatuors de Mozart, Beethoven, Schubert, Schuman, Mendelssohn, Barber et Ravel

2ème partie - Orchestre avec l’ensemble des musiciens sous la direction de Seiji Ozawa

Ludwig van Beethoven 3ème mouvement du quatuor no 16 en fa majeur op 135

Edvard Grieg - Suite Holberg op. 40 (mouvements 1, 4 et 5).

La Seiji Ozawa International Academy of Switzerland

image

© Paskiewicz

“Il est fascinant d’observer combien les jeunes artistes progressent en très peu de temps.”


Seiji Ozawa


Passionné par l’enseignement, Seiji Ozawa a fondé en 2004 à Rolle près de Genève l’International Music Academy – Switzerland, connue depuis 2011 sous le nom de ‘Seiji Ozawa International Academy Switzerland’.


L’idée de Seiji Ozawa


Pour Seiji Ozawa, la pratique musicale de la musique de chambre et du quatuor en particulier est essentielle. Le quatuor, selon Seiji Ozawa, est l’essence même de la musique. Les compositeurs y donnent le meilleur d’eux-mêmes, sans rien de décoratif ni de superflu. Travailler un quatuor à cordes permet d’aller au plus profond du style et des intentions de son créateur. Cet apprentissage constitue une étape nécessaire pour que de jeunes virtuoses deviennent des artistes de premier plan.


La sélection


La sélection de ces musiciens appelés à pratiquer leur art au plus haut niveau est rigoureuse. Dirigé par Blanche d’Harcourt et composé d’anciens étudiants de l’Académie, le Comité de sélection choisit tout au long de l’année dans les principaux conservatoires et concours internationaux européens des jeunes talents pour participer aux auditions. Puis, le groupe final des étudiants est défini par Seiji Ozawa, la Direction artistique ainsi que les professeurs.


Les professeurs


La mission de l’Académie est de transmettre aux instrumentistes les plus talentueux de la jeune génération ce qui ne peut résulter que d’un travail collégial et d’une exigence acquise au contact des meilleurs enseignants. Pour cela, l’Académie réunit des professeurs, tous interprètes, dont la renommée internationale s’accompagne d’une longue expérience de l’enseignement musical. Ainsi Pamela Frank, Nobuko Imai ou encore Sadao Harada.


L’Académie


Les quatuors se forment par affinité, sur la base des échanges entre Seiji Ozawa, les professeurs, les instrumentistes, et la direction artistique, en tenant compte du style, de la sonorité et du tempérament de chaque musicien. Les étudiants travaillent à tour de rôle avec les professeurs, en présence de Seiji Ozawa, ce qui assure la transmission d’un savoir-faire unique.


Les concerts


Seiji Ozawa dirige l’ensemble des étudiants au cours de répétitions publiques auxquelles sont conviés le public de Rolle ainsi que les invités de l’Académie. Une série de concerts, donnés dans des salles prestigieuses telles que le Victoria Hall à Genève ou le Théâtre des Champs-Élysées à Paris, clôture les travaux de l’école. Un concert est également offert aux résidents de la Fondation Aigues-Vertes.


Pendant l’année


Très investie, l’équipe artistique conseille les jeunes musiciens, tandis que le bureau de Genève veille sur l’organisation et la gestion de l’Académie.


Masterclasse publique de quatuors

Jeudi 2 juillet 2015 16h - 18h

Concerts de l'Académie, dirigés par Seiji Ozawa

Mercredi 1er juillet 2015 - 20h30

Vendredi 3 juillet 2015 - 20h30

Tarif

Lieu

Auditorium

Biographie de Seiji Ozawa :

image

© Parel

« Enseigner est comme une drogue ! Lorsque vous commencez, vous ne pouvez plus vous arrêter. Travailler avec de jeunes musiciens de très haut niveau me remplit de joie.»


La trajectoire de Seiji Ozawa est celle d’une fulgurance. Né de parents japonais, il voit le jour le 1er septembre 1935 en Chine. Mais c’est à l’école de musique de Toho à Tokyo qu’il se forme la musique occidentale. Son premier maître, Hideo Saito, lui donne les bases techniques indispensables qui lui permettent ensuite d’aller en Europe et aux Etats-Unis, là où s’ancrent la tradition et le répertoire de la musique occidentale qu’il a étudiée.


En 1959, il obtient en le Premier Prix du Concours de Direction d’Orchestre de Besançon. Dès lors, il prend son envol. Charles Münch l’invite à diriger l’Orchestre symphonique de Boston à Tanglewood. Puis, Seiji Ozawa reçoit à Berlin l’enseignement d’Herbert von Karajan, avant d’approfondir encore sa formation auprès de Leonard Bernstein. Celui-ci, que l’élève qualifie de « génie », lui fait partager la tournée de l’Orchestre philharmonique de New York au Japon. Lors de ses années « américaines, Seiji Ozawa assure la direction musicale de l’Orchestre symphonique de Toronto de 1965 à 1969, avant d’être nommé chef de l’Orchestre symphonique de San Francisco de 1970 à 1976. Il accomplit ce mandat tout en étant chef attitré de l’Orchestre symphonique de Boston où il imprime sa marque jusqu’en 2001.


De retour en Europe, où il est est directeur musical de l'Opéra de Vienne de 2002 à 2010, Seiji Ozawa n’en cultive pas moins les liens qui l’unissent au Japon. Ainsi, en 1984, en hommage à son professeur Hideo Saito, il fonde l’Orchestre Saito Kinen, qui réunit chaque été dans la ville de Matsumoto des instrumentistes nationaux appartenant aux plus prestigieux orchestres occidentaux pour le Saito Kinen Festival. Parallèlement, deux fois par an, le Maestro dirige le Mito Chamber Orchestra créé en 1990 qui regroupe une trentaine d’instrumentistes du meilleur niveau


L’éducation musicale des jeunes artistes est au cœur de ses préoccupations. Seiji Ozawa est ainsi à l’origine de plusieurs académies, l’Ozawa International Chamber Music Academy Okushiga et l’Académie Ongaku-Juku au Japon, ainsi que l’International Music Academy – Switzerland (IMAS) à Genève, connue depuis 2011 sous le nom de ‘Seiji Ozawa International Academy Switzerland’. Fidèle au public, Seiji Ozawa offre son immense talent lors de ses prestations légendaires qui le consacrent comme l’un des plus grands chefs de ce siècle.



Les professeurs de l’Académie

image

© Lieber

Pamela Frank


Dès sa plus tendre enfance, Pamela Frank a baigné dans la musique, grâce à ses parents, pianistes professionnels. Elle a commencé ses études de violon à l’âge de cinq ans. Après avoir été l’élève de Shirley Givens, elle a poursuivi sa formation avec Szymon Goldberg et Jaime Laredo. En 1989, elle est diplômée du Curtis Institute of Music de Philadelphie. Elle a acquis une réputation internationale remarquable, en développant sa carrière d’interprète toujours plus largement. Comme soliste, elle ne compte plus ses engagements avec les plus grands orchestres du monde. Elle a fait ses débuts au Carnegie Hall lors d’un récital en 1995 et a triomphé dans un cycle de sonates de Beethoven avec son père, Claude Frank, au Wigmore Hall de Londres en 1997. Elle cultive une passion particulière pour la musique de chambre, partagée avec des musiciens comme Yo-Yo Ma, Tabea Zimmermann, Peter Serkin. Elle a été l’hôte des grands festivals que sont Marlboro, Salzbourg ou Edinburgh. Elle a également participé à plusieurs des séminaires de musique de chambre d’Isaac Stern à Carnegie Hall. En 1999, elle a reçu le Avery Fisher Prize, plus haute distinction accordée à des interprètes américains.



image

© Lieber

Sadao Harada


En tant que fondateur et mentor du Tokyo String Quartet qu’il a animé pendant 30 ans, il a acquis une réputation mondiale et a récolté de nombreuses récompenses tant pour sa maîtrise technique exceptionnelle que pour le dynamisme de ses interprétations. Il étudie tout d’abord la musique avec son père et, à l’âge de onze ans, suit une formation musicale chez le maître Hideo Saito. Il devient ainsi le plus jeune violoncelliste de l’Orchestre symphonique de Tokyo. Il rejoindra ensuite la Juilliard School aux Etats-Unis et fondera en 1969 le Tokyo String Quartet. Depuis 1999, il poursuit une carrière internationale très intense, comme soliste ovationné, pédagogue sollicité et chambriste renommé. Il enseigne à la Staatliche Hochschule für Musik de Trossingen en Allemagne.



image

© Lieber

Nobuko Imai


Avec son talent, son intégrité musicale et son charisme exceptionnels, Nobuko Imai est considérée comme l’une des altistes contemporaines les plus remarquables. Après avoir achevé ses études à la Toho School of Music, à l’université de Yale et à la Julliard School, elle a remporté les premiers prix des concours internationaux de Genève et de Munich. Mme Imai, qui a été membre du célèbre Quartet Vermeer conjugue une carrière solo internationale et plusieurs postes d’enseignement. Elle s’est produite avec de nombres orchestres prestigieux dont le Philarmonique de Berlin, le Royal Concertgebow, le London Symphony et le Chicago Symphony. Chambriste renommée, Nobuko Imai a joué avec divers artistes de premier plan tels que Gidon Kremer, Midori, Isaac Stern, Mischa Maisky et Martha Argerich. En 2003, elle a créé le Michelangelo Quartet qui a très vite acquis une réputation internationale et qui fait maintenant partie des plus célèbres quartets au monde. Mme Imai a consacré une grande partie de ses activités artistiques à l’exploration du vaste potentiel de l’alto. N. Imai retourne au Japon plusieurs fois par an pour se produire comme soliste, notamment dans le cadre du projet « Viola Space ». En 1995/1996, elle fut directrice artistique de trois festivals Hindemith, au Wigmore Hall (Londres) à l’université de Columbia (New York) et au Casals Hall (Tokyo). En 2009, elle a créé le premier concours international du Japon exclusivement dédié à l’alto, le « Tokyo International Viola Competition ». Sa discographie est impressionnante ; elle a enregistré plus de 40 disques avec les plus grands labels, parmi lesquels : BIS, Chandos, Hyperion, Philips, Sony…. De 1983 à 2003, elle a enseigné à la Detmold Academy of Music et est aujourd’hui professeur dans les conservatoires de Genève et d’Amsterdam ainsi qu’à la Kronberg International Academy et à l’université Ueno Gakuen (Tokyo).



Etudiants sélectionnés pour l’Académie 2015

Violonistes :

Misako Akama

Hye Jin Kim

Suyoen Kim

Elin Kolev

Jae Hyeong Lee

Christel Lee

Thomas Lefort

Shuichi Okada

David Petrlik

Alexandra Soumm

Julien Szulman

Agata Szymczewska

Elvira Van Groningen

Malgorzata Wasiucionek

Altistes :

Clément Batrel-Genin

Violaine Despeyroux

Karolina Errera

Sara Ferrandez

Manuel Vioque-Judde

NN

Violoncellistes 
:

Michael Bialobroda

Gauthier Broutin

Julia Hagen

Bumjun Kim

Florian Pons

Sharon Tsai

Contrebasse 
:

Théotime Voisin