Informations

Suite aux directives gouvernementales, la Fondation est temporairement fermée. Nous avons hâte de vous retrouver avec l'exposition La Collection Morozov. Icônes de l'art moderne.

Einzelgänger IV

  • 2000
  • Wolfgang Tillmans
  • Tirage couleur chromogène satiné
  • 228 x 171 cm
Les images obtenues laissent entrevoir des liquides, des cheveux, des organes internes du corps ou des visions sub-aquatiques - bien qu’aucun liquide n’ait été utilisé pour les fabriquer. Ces effets ont été réalisés à la main, à sec, les marques imprimées reproduisent littéralement les mouvements de l’artiste. Bien qu’à première vue ces œuvres ne semblent pas être des photographies, les lignes abstraites en tant qu’index et traces soulignent la nature photographique du processus, qu’un appareil photo soit utilisé ou non. Par ailleurs, ces images ne relèvent pas d’une démarche automatique mais intègrent le toucher, en témoignant de la présence physique de l’artiste. Wolfgang Tillmans commence à montrer des abstractions à partir de 1998, il ne les considère pas comme une rupture mais comme une pause dans l'obligation de représenter.

© Wolfgang Tillmans/ Photo © Fondation Louis Vuitton / Martin Argyroglo

Accrochages

Wolfgang Tillmans

Wolfgang Tillmans se fait connaître dès le début des années 1990 comme le photographe d’une jeunesse libertaire issue de la génération post-punk et qui se reconnaît dans la musique techno. 

À l’occasion des raves et des rassemblements gays, il saisit, dans des tirages jet d’encre de grand format, souvent non encadrés, la vulnérabilité des corps et les poses informelles de de ses amis, des modècles suivis pendant de nombreuses années au cœur de leur intimité. Sensible à la photographie comme un art social, en lien direct avec le réel, Tillmans revendique une empathie avec ses sujets et un art qui atteint à l’essentiel par l’attention portée à une époque. Ce faisant, il revisite les genres traditionnels : portraits, natures mortes, paysages. Wolfgang Tillmans n’a cessé de s’interroger sur la technique photographique. En témoignent ses images agrandies et recadrées à l’aide d’un photocopieur ou ses photographies abstraites réalisées dans la chambre noire, sans caméra, à l’aide d’un seul faisceau lumineux. Depuis 1992, il conçoit lui-même la présentation de ses expositions. Créant des constellations de photographies suspendues, collées au mur, présentées sur table sans hiérarchie prédéfinie, il utilise l’espace comme un laboratoire où le collectif des images fait écho à la communauté humaine.

Lire plus

Dans le même accrochage