Informations

La Fondation rouvrira ses portes le 22 septembre 2021 avec l’exposition La Collection Morozov. Icônes de l’art moderne. La billetterie en ligne est ouverte, vous pouvez dès à présent réserver votre visite.

Plateaus

  • 2014
  • Rashid Johnson
  • Acier, peinture laquée, plantes, ciment, céramique, plastique, cuivre, bois brulé, néons, radios, beurre de karité, tapis, livres
  • 579,1 x 457,2 x 457,2 cm

Quelles mémoires et quelles formes conserve-t-on de son histoire ? Sur une grille, référence directe au minimalisme, l’artiste a placé une série de plantes d’appartement d’origine exotique. Posés dans la même structure, des bustes en beurre de karité – une plante cultivée exclusivement en Afrique de l’Ouest et utilisée dans l’industrie pharmaceutique et cosmétique – ravivent la mémoire du « passage du milieu » subi par les Africains envoyés comme esclaves en Amérique. Y figurent aussi des classiques de la littérature afro-américaine – Native Son de Wright – et du matériel radio renvoyant à l’idée de transmission et aux souvenirs de l’artiste dont le père était radioamateur. « Tous les matériaux que j'utilise ont un but utilitaire, explique l'artiste. Le beurre de karité parle du revêtement de la peau et de l'impossibilité d'acquérir une africanité […] et les livres disséminent l'information. Le but pour tous ces éléments est de se métisser dans un nouveau langage dont je suis l'auteur. Les armatures sont les plateformes de ce métissage, elles existent comme des espaces inconnus à coloniser. »

© Rashid Johnson. Photo © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage © Rashid Johnson. Photo © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage © Rashid Johnson. Photo © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage

Accrochages

Rashid Johnson

Ne à Chicago, Rashid Johnson se forme au Columbia College et à l’Art Institute de Chicago. En 2001, ses premiers travaux photographiques lui valent une reconnaissance rapide aux États- Unis au sein d’une génération qualifiée de "post black" en ce qu’elle refuse d’être réduite au seul statut d’"artiste noir", tout en demandant la redéfinition complexe de son identité.

Prenant ensuite la forme de peintures, de sculptures et d’installations, les travaux de Johnson font écho à la grande diversité de ses influences – les musiciens Sun Ra et Bootsy Collins mais aussi les artistes Joseph Beuys et David Hammons.

Lire plus

Dans le même accrochage