Informations

La Fondation rouvrira ses portes le 22 septembre 2021 avec l’exposition La Collection Morozov. Icônes de l’art moderne. La billetterie en ligne est ouverte, vous pouvez dès à présent réserver votre visite.

Distel

  • 2012
  • Thomas Schütte
  • Série de 5 aquarelles
  • Chacune des aquarelles : 38 x 28 cm
Autoportraits, portraits d’amis, animaux, fleurs, fruits, objets courants en sont les thèmes privilégiés. Si ses aquarelles initiales de fleurs sont liées à la naissance de sa première fille, sa première série constituée s’intitule « I would rather go blind » (1986) : l’émotion ou la sensation y sont, comme à l’habitude chez l’artiste, contrebalancées par un fort degré d’ironie et d’autodérision. Le motif floral est ici traité selon le registre de la vanité ou de la nature morte au travers de simples fleurs posées sur la surface de la feuille, comme déposées sur une tombe. Cette ode presque romantique à la nature, renvoie avec sensibilité au passage du temps et à l’éphémère de la vie.

© Adagp, Paris, 2015. © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage

Accrochages

Thomas Schütte

Marqué par l’enseignement de Gerhard Richter, Thomas Schütte trouve, loin des formes minimales et conceptuelles dominantes, une traduction originale de sa réflexion sur la représentation du pouvoir et la responsabilité sociale de l’art dans des maquettes d’architecture conçues comme des « modèles à penser ».

L’idée de monument est centrale à sa réflexion. Intégrée dès les années 1980 dans ses maquettes et installations comme indicateur d’échelle, la figure est indissociable de cette inscription politique dans l’espace. À la suite d’un séjour de l’artiste à Rome en 1992, la figure s’autonomise. Le recours à des techniques et des matériaux traditionnels, tels l’argile, la cire, la céramique, l’acier ou le bronze, s’accompagne du réexamen des thèmes classiques de la figuration : nus féminins, personnages en pied. L'œuvre de Schütte s’exprime alors de manière plus apaisée dans des gravures, des aquarelles de fleurs et des portraits, certains intimes. Le questionnement sur l’échelle, issu du monument, demeure dans des représentations de personnages, silhouettes plus grandes que nature, distantes et absorbées en elles-mêmes.

Lire plus

Dans le même accrochage