Informations

Suite aux directives gouvernementales, la Fondation est temporairement fermée. Nous avons hâte de vous retrouver avec l'exposition La Collection Morozov. Icônes de l'art moderne.

Visitation of the Bird II

  • 2007
  • Kiki Smith
  • Collage, encre, crayons de couleur et paillettes sur papier népalais
  • 222 x 213 cm

Tracée à la pointe fine, rehaussée de paillettes, cette composition a une qualité proche de l'enluminure, mais à une échelle monumentale. Faisant à l’origine partie d’une suite de trois oeuvres, Visitation of the bird II, revisite un épisode de l'Évangile mais avec une iconographie toute particulière : un personnage d'âge et de sexe incertain, semblable à celui de sculpture Annunication – également dans la collection -, tend la main vers une pluie de rayons qui émane d'un oiseau.

© Kiki Smith. Photo © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage

Accrochages

Kiki Smith

Depuis le début des années 1980, l’œuvre de Kiki Smith établit des analogies entre des techniques variées (dessin, sculpture, peinture sur verre) et le vivant. Sa production, marquée par un univers fantastique et l’art médiéval réagit avec une certaine viruence à son époque.

Fille de l’actrice et cantatrice Jane Lawrence et du sculpteur Tony Smith, Kiki Smith a passé son enfance dans le New Jersey. Sa première approche de l’art au cours de l’adolescence s’est faite avec son père qu’elle aide à réaliser les maquettes en carton de ses sculptures. Elle s’installe à New York en 1976. Elle commence alors à fabriquer des objets peints, en bois et en plâtre, qui reproduisent des fragments du corps humain et des objets de la vie quotidienne – radios, appareils photos, paquets de cigarettes. Kiki Smith envisage le corps comme le vecteur du savoir, de la croyance et de récits qui sont marqués par son éducation catholique et son engagement féministe. Souvent violentes et provocantes, nombre de ses œuvres des années 1980 sont en relation avec les grandes questions du temps. Au milieu des années 1980, en pleine crise épidémique du sida, elle signe des travaux autour des fluides corporels (Game time et ses douze bocaux de sang). Les excrétions, les excréments et les humeurs du corps sont représentés sans détour dans des sculptures comme Pee Body(1992), Train (1993), ou Trail (1992). Engagée politiquement, elle fait régulièrement référence au corps féminin conçu comme terrain de combats.

Lire plus

Dans le même accrochage