Informations

La Fondation rouvrira ses portes le 22 septembre 2021 avec l’exposition La Collection Morozov. Icônes de l’art moderne. La billetterie en ligne est ouverte, vous pouvez dès à présent réserver votre visite.

Pénétrable BBL bleu

  • 1999
  • Jesús Rafael Soto
  • Peinture sur aluminium, fils de PVC
  • 366.5 x 1400.0 x 470.5 cm

À partir des années 1970, l’artiste développe ses nombreux « Volumes virtuels » ou « Pénétrables » aux formes cubiques ou parallélépipédiques, sphériques ou ovoïdes, tantôt adaptés aux espaces d’exposition, tantôt conçus aux dimensions monumentales de bâtiments existants, comme à Paris, sur la terrasse du MAMVP/ARC. Pénétrable BBL bleu existe en tant que forme dans l’espace et porte d’entrée vers la couleur, relevant à la fois de la peinture et de la sculpture. Pour l’artiste, la matière, le temps et le mouvement constituent une « trinité » définissant tout rapport esthétique. L’expérience visuelle doit s’accompagner du toucher et de l’ouïe, et composer un véritable environnement.

Accrochages

Jesús Rafael Soto

Admirateur de Mondrian et de Malevitch, Jesús Rafael Soto rejoint les cercles de l’art abstrait, à l’instar d’autres artistes sud-américains. Né le 5 juin 1923 à Ciudad Bolívar au Venezuela et est mort à Paris en 2005, il a étudié à l’École des Arts plastiques de Caracas de 1942 à 1947. Il a ensuite dirigé l’École des Beaux-Arts à Maracaibo au Venezuela, jusqu’en 1950, année où il s’est installé à Paris. Il s’est rapproché d’Yaacov Agam, de Jean Tinguely et de Victor Vasarely, et des artistes liés à la Galerie Denise René et aux Nouveaux Réalistes. En 1955, il participe à l’exposition Le Mouvement à la Galerie Denise René à Paris, événement qui marque la naissance de l’art cinétique.

À cette époque, et pendant de nombreuses années, l’art de Soto va osciller entre des formes géométriques et organiques. À partir de 1957, il opte pour une abstraction plus gestuelle, mais revient définitivement en 1965 à un langage géométrique. Pendant cette décennie, il commence à réaliser des constructions linéaires et cinétiques à l’aide de matériaux industriels et synthétiques comme le nylon, le Perspex, l’acier et des peintures industrielles, qu’illustre parfaitement la série Pénétrable.


L’œuvre de Soto a souvent été mise à l’honneur à l’occasion d’expositions individuelles dans le monde entier : Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, France (1969) ; Museum of Contemporary Art, Chicago, USA (1971) ; Solomon R. Guggenheim Museum, New York, USA (1974) ; Centre de la sculpture contemporaine, Tokyo, Japon (1986) ; musée d’Art moderne de Kanagawa et musée d’Art moderne de Saitama, Japon (1990) ; Banque Bruxelles-Lambert, Bruxelles, Belgique (1999) ; Centre Georges Pompidou, Paris, France (1979, 2013) ; Museum of Fine Arts Houston, Texas, États-Unis (2014). L’œuvre de Soto a aussi figuré dans de grandes expositions collectives, notamment en 1963 à la Biennale de São Paulo au Brésil et les éditions de 1964 et 1966 de la Biennale de Venise en Italie.

Lire plus

Dans le même accrochage