Informations

Suite aux directives gouvernementales, la Fondation est temporairement fermée. Nous avons hâte de vous retrouver avec l'exposition La Collection Morozov. Icônes de l'art moderne.

Self-Portrait

  • 1978
  • Andy Warhol
  • Acrylique et encre sérigraphique sur toile en 4 parties
  • Chacune des 4 parties :101,6 x 101,6 cm - L'ensemble 203 x 203 cm
Il superpose avec un léger décalage trois photographies de son visage afin de donner l’impression d’une légère rotation progressive de la tête : le premier de trois quart regarde l’objectif, le second détourne le regard sur le côté et le dernier est quasiment de profil. La coexistence des trois visages successifs, obtenus par la surimpression de trois écrans sérigraphiques sur le même support, trouble sa lecture. Cette œuvre marque une évolution dans le traitement de l'autoportrait puisque l'artiste y croise des techniques issues de la peinture, de la photographie et de la sérigraphie : des traces de pinceau sont visibles et les deux portraits inférieurs sont traités en négatif. Les quatre autoportraits disposés en damier ont chacun subi un traitement différent : celui de la partie supérieure gauche avec ses contrastes noir et blanc est le plus lisible, à sa droite le duo gris et noir est plus sombre, le visage est presque invisible. Le troisième (dans la partie inférieure gauche) est imprimé en négatif de couleur or et noir, et le dernier, à sa droite, le plus fantomatique, en négatif noir et blanc.

© The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, Inc. / Licensed by ADAGP, Paris 2015

Accrochages

Andy Warhol

Acteur incontournable du Pop Art, Andy Warhol a créé un personnage qui, investissant le cinéma, les écrans de télévision, la culture gay et underground, propulsa la figure de l’artiste au rang d’icône sociale.

D’abord dessinateur de mode, il se consacre à la peinture dès la fin des années 1950, puisant ses modèles dans la presse, la bande dessinée et la publicité. Dès 1962, il adopte le procédé sérigraphique avec la série des Campbell’s Soup et ses portraits de stars (Marylin Monroe, Elvis Presley, Elisabeth Taylor), démultipliant sans fin les mêmes images. Celles-ci reflètent l’imaginaire collectif de la société de consommation, tandis que d’autres séries – les criminels, les accidents, les chaises électriques et même Jackie Kennedy en deuil – dévoilent une Amérique au bonheur traversé par la violence, le sexe et la mort. En 1964, Andy Warhol ouvre la Factory, atelier de production de ses peintures et de ses films, lieu de création mythique où se croisent artistes, poètes, acteurs, égéries, musiciens et collectionneurs. Dès 1963, apparaissent les premiers autoportraits et les Screen Tests, portraits filmés en plan fixe de 3 minutes. Puis viennent, dans les années 1970 et surtout 1980, les portraits de commande de célébrités. Réalisés en direct dans des photomatons ou à l’aide du Polaroid Big Shot, ces portraits au cadrage serré, au regard fixe, fragiles et « pétrifiés », cernent un monde simultanément contemporain et intemporel.

Lire plus

Dans le même accrochage