Informations

Suite aux directives gouvernementales, la Fondation est temporairement fermée. Nous avons hâte de vous retrouver avec l'exposition La Collection Morozov. Icônes de l'art moderne.

The Flavor Genome

  • 2016
  • Anicka Yi
  • Vidéo 3D, couleur, son
  • Durée : 22 min.

La narratrice, spécialiste des arômes, évoque un médicament dérivé d’une fleur mythique aux propriétés miraculeuses qui pourrait produire de l’empathie chez les humains, leur permettant de percevoir ce que ressent un dauphin rose ou un adolescent en colère. Dans son travail Anicka Yi s’intéresse à la façon dont les sens sont culturellement conditionnés. Entre documentaire, rêverie et « bio-fiction », The Flavor Genome anticipe le renouvellement de la perception de la Nature influencé par de nouvelles découvertes scientifiques et technologiques.

© Anicka Yi. Photo © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage, © Anicka Yi. Photo © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage

Accrochages

Anicka Yi

S’appuyant sur les recherches de scientifiques, biologistes et parfumeurs, Anicka Yi élabore depuis une dizaine d’années une œuvre singulière à la croisée du politique et du macrobiotique.

L’artiste, née en Corée du Sud, vit depuis l’âge de deux ans aux États-Unis, d’abord en Alabama puis en Californie. Elle dit avoir vécu dans une famille coréenne-américaine. Après des études au Hunter College (New York), elle vit à Londres où elle travaille pendant quelques années comme styliste de mode et rédactrice de publicité. Âgée d’une trentaine d’années, elle commence à expérimenter la pratique artistique tout en se passionnant pour la parfumerie et la science.


Périssables, ses matériaux de prédilection sont aussi variés que des fourmis, de la fourrure, des fluides corporels ou des bactéries détournés à des fins d’installations, de sculptures et de films. Résultats d’une alchimie d’expérimentations et de matières – souvent incompatibles –, ses œuvres sont immersives par le biais d’une vidéo 3D ou d’environnements olfactifs. Tout en cherchant à rompre avec la suprématie du visuel, Anicka Yi s’intéresse à la façon dont les sens et la perception sont culturellement conditionnés et parle à ce sujet de « biopolitique des sens ».


Son exposition « You can call me F », conçue en 2015 avec le biologiste Tal Danino et présentée à The Kitchen à New York, posait, à travers des cultures de bactéries, la question What does feminism smell like ? Yi et Danino ont poursuivi ce travail lors d’une résidence au MIT sur le thème « The Art and Science of Bacteria ».
En 2016, Anicka Yi a reçu le Prix Hugo Boss décerné par le Solomon R. Guggenheim Museum de New York. C’est là qu’elle a présenté, en 2017, sa première exposition « Life is cheap » qui explorait son « intérêt sociopolitique pour l’olfaction ».

Lire plus

Dans le même accrochage