Informations

Suite aux directives gouvernementales, la Fondation est temporairement fermée. L'exposition Cindy Sherman à la Fondation continue en ligne.

Tree

  • 2010
  • Ai Weiwei
  • Tronçons de bois
  • 530 x 560 x 660 cm

Leur reconstitution en une seule entité accuse la qualité ontologique de l’arbre comme lien entre le ciel et le monde souterrain, présent et passé. Avec ses jointures volontairement laissées visibles, Tree peut être perçu comme une allégorie de la Chine, où la diversité ethnique et les identités s’effacent devant une réalité urbaine standardisée.

© Ai Weiwei. Photo © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage, © Ai Weiwei. Photo © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage

Accrochages

Ai Weiwei

Depuis 1993, Ai Weiwei s’est fait connaître par ses performances, ses réalisations architecturales, ses photographies, ses activités militantes notamment à travers son blog.


Après des études à l’Académie du cinéma de Pékin, il intègre le collectif d’artistes The Stars, qui défend la liberté d’expression individuelle et rejette le Réalisme Socialiste promu par l’État et défend la liberté d’expression individuelle, avant de quitter la Chine pour les États-Unis en 1981. Installé à New-York de 1983 à 1993, où il découvre les œuvres de Duchamp et de Warhol, il réalise plus de 10 000 clichés de ses amis et voisins du quartier de l’East Village. Dès son retour à Pékin en 1993, Ai Weiwei poursuit son travail photographique à travers des séries performatives et provocatrices. En 1997, il contribue à la fondation de la China Art Archives; Warehouse et crée en 2003 FAKE Design, un cabinet d’architecture consulté notamment pour la conception du stade olympique de Pékin. À partir de 2006, il tient une chronique quotidienne et critique sur son blog, suspendu en 2009 par les autorités. L’artiste poursuit son activité sur Twitter. Parallèlement, depuis 1994, Ai Weiwei réalise des sculptures à partir d’objets chinois emblématiques : vélos, vases en porcelaine ou meubles de la dynastie Qing, révélant les contradictions d’une société partagée entre individualisme et collectivisme, tradition et modernité.

Lire plus

Dans le même accrochage