MaID, Brooklyn, New York

  • 2015
  • Zanele Muholi
  • Tirage gélatino-argentique
  • 40 x 31.7 cm

Dans la série « Somnyama Ngonyama » [« Salut à toi, Lionne noire » en zoulou], autoportraits réalisés chez elle ou dans des chambres d’hôtel à l’occasion de déplacements à l’étranger, Zanele Muholi interroge l’histoire des représentations photographiques de la femme noire. Grimée de façon outrancière, affublée de coiffures, costumes et accessoires variés, Zanele Muholi s’affiche avec fierté dans des mises en scène où elle se joue avec malice des stéréotypes liés à la féminité africaine. Réalisés en noir et blanc, ces clichés accordent un soin tout particulier à l’éclairage afin d’accentuer à l’extrême la pigmentation du corps noir. 

© Zanele Muholi Courtesy of Stevenson Gallery, Cape Town/Johannesburg

Accrochages

Zanele Muholi

Zanele Muholi grandit dans un township à Durban. Elle s'installe à Johannesburg à 19 ans et étudie le graphisme avant de s'inscrire en 2001 au Market Photo Workshop, l’école fondée par David Goldblatt.

Après sa première exposition en 2004, à la Johannesburg Art Gallery, elle travaille pour le magazine Behind the Mask et co-fonde le Forum for Empowerment of Women, basé à Gauteng. Muholi se définit comme "activiste visuelle". Son travail vise à donner une visibilité à une communauté lesbienne marginalisée, souvent victime de violences, notamment par la pratique de viols punitifs. Son œuvre dépasse largement le documentaire social pour aborder frontalement la question de l’identité. Sa série Faces and Phases Follow up – commencée en 2006, celle-ci compte trois cents portraits – est devenue emblématique de sa démarche. Pour celle-ci, chaque femme est photographiée à différentes époques de sa vie. "Je cherche à établir une relation fondée sur une compréhension mutuelle de ce que signifie être femme, lesbienne et noire aujourd’hui", explique l'artiste.

Lire plus

Dans le même accrochage